Politique

Affaire Penelope Fillon : le témoignage accablant d'un conseiller municipal (vidéo)

Affaire Penelope Fillon : le témoignage accablant d'un conseiller municipal (vidéo)

Ce jeudi 2 février l'émission "Envoyé Spécial" sur France 2 consacrait un reportage à l’affaire Penelope Fillon. Plusieurs journalistes sont allés à la rencontres d’anciens collaborateurs ou opposants de François Fillon, à la recherche de preuve, d’un quelconque travail de la part de sa femme. Des témoignages accablants, révélant clairement que madame Fillon n'a jamais joué aucun rôle dans la vie politique de son mari. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Ce jeudi 2 février, le magazine de France 2, "Envoyé Spécial" diffusait un reportage truffé de témoignages accablants contre Penelope Fillon. Cette dernière qui affirme aujourd’hui, à travers la bouche de son mari, avoir été embauchée en tant qu’attachée parlementaire de ce dernier de 1988 à 2007, puis de 1998 à 2007, mais aussi de 1988 à 1990, semble difficile à défendre. Les journalistes de l’émission d’Elise Lucet sont en effet allés à la rencontre de plusieurs élus de Sablé-sur-Sarthe, ville où l’ex-premier ministre a été député pendant 26 ans, qui n’ont, pour la plupart, aucun souvenir d’avoir croisé Penelope Fillon. G.Fretellière, élu Front de gauche, au conseil municipal de la ville de 1989 à 2008 déclare, devant les caméras, n’avoir "jamais vu madame Fillon travailler à la mairie de sablé pour son mari". Il ajoute que cette dernière n’avait pas de bureau là-bas et n’était pas présente aux conseils municipaux pour représenter son mari "elle disait elle-même qu’elle n’avait pas de rôle politique". Une affirmation que l’on retrouve dans la revue "Le Nouvel Ouest" en 1999 et que les caméras du Sunday Telegraph avaient également enregistrée en 2007, dans le cadre d’une interview accordée par la femme du candidat des Républicains à la présidence. 

Difficile de défendre madame Fillon

Ce témoignage ne fait que renforcer la thèse d’un emploi fictif qui aurait rapporté 800 000 euros à Penelope Fillon. Thèse défendue par cet opposant politique mais que le propre camp des Républicains ne dément pas, se contentant de se murer dans le silence lorsque les journalistes de France 2 les sollicitent. Une défense qui ne pourra plus tenir très longtemps aux vues des tensions du côté Républicains.  De nombreux partisans de la première heure se disent "déçus", un sentiment qui gagne également les rangs de la droite. Plusieurs députés Républicains à l’instar de Georges Fenech, ont appelé à sa démission estimant que sa candidature était caduque. La rue grogne également contre François Fillon, comme en témoigne son déplacement du 2 février dans les Ardennes, ponctué par les insultes d’un habitant "Fillon, voleur Démission ! 800 000 balles pour que Pénélope aille acheter du pain à la boulangerie. Enfoiré !"

Par Camille Esnault

Réagissez à l'actu people