Politique

Affaire Michel Zecler : Emmanuel Macron réagit sur Facebook et juge que ces images "nous font honte" (Vidéo)

Affaire Michel Zecler : Emmanuel Macron réagit sur Facebook et juge que ces images "nous font honte" (Vidéo)

Le chef de l'Etat a réagi à l'affaire Michel Zecler sur son compte Facebook. Il juge les images "inacceptables" et estime "qu'elle nous font honte". Une séquence à revoir sur Non Stop Zapping.

"Je rentrais dans mon studio, et quand j'ouvre la porte, je sens une présence. Comme je l'explique aux policiers, je n'arrive pas à savoir si on me tire ou on me pousse. (...) J'ai eu très très peur (...) Je sais qu'il faut que j'encaisse les coups et ça fait mal", a témoigné Michel Zecler sur le plateau de "TPMP" jeudi 26 novembre. Le producteur de musique a été tabassé par trois policiers alors qu'il rentrait dans son studio de musique et n'avait pas de masque. Les images diffusées par le média Loopsider sont d'une rare violence et parlent d'elles-mêmes. Quatre policiers ont été mis en examen dans cette affaire pour "violences par personnes dépositaires de l'autorité publique" et "faux en écriture publique". Leur déposition qui a fuité dans la presse est en effet en totale contradiction avec les images captées par la vidéosurveillance du local de Michel. Jeudi soir, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin était l'invité du JT de 20 Heures de France 2 pour commenter l'affaire. Il a jugé que les policiers avaient "déconné" et a demandé des sanctions à leur encontre.

"La France est un pays d’ordre et de liberté, pas de violence gratuite et d’arbitraire"

L'affaire a continué à faire parler toute la journée de vendredi 27. Les footballeurs se sont indignés de la situation sur Twitter, provoquant la colère de l'ex-policier Bruno Pomart. Mais tout le monde attendait la réaction du président de la République. Emmanuel Macron a choisi de s'exprimer sur sa page Facebook. "Les images que nous avons tous vues de l’agression de Michel Zecler sont inacceptables. Elles nous font honte. La France ne doit jamais se résoudre à la violence ou la brutalité, d’où qu’elles viennent", écrit le chef de l'Etat. Il demande aussi à ce que les policiers montrent l'exemple. "Ceux qui font appliquer la loi doivent respecter la loi", continue Emmanuel Macron qui a demandé à ses ministres de lui "faire des propositions" pour "lutter plus efficacement contre toutes les discriminations". "La France est un pays d’ordre et de liberté, pas de violence gratuite et d’arbitraire", conclut-il.

Par Mélanie C.

Réagissez à l'actu people