Musique

R. Kelly se fait toucher les parties intimes par des fans lors d'un concert, la vidéo qui fait scandale

R. Kelly se fait toucher les parties intimes par des fans lors d'un concert, la vidéo qui fait scandale

Le chanteur R. Kelly, englué dans des affaires de crimes sexuels depuis plusieurs années et accusé d'avoir une "secte" chez lui, a de nouveau fait parler : lors d'un concert dans une université, il a demandé à ses jeunes fans de lui toucher les parties intimes. Une vidéo absolument scandaleuse à retrouver sur Non Stop Zapping.

R. Kelly est de nouveau dans l'oeil du cyclone. Le chanteur américain est empêtré depuis des années dans un scandale sexuel de grande envergure. Il est accusé par un journaliste de détenir plusieurs jeunes femmes dans le sous-sol de sa maison, telle une secte où toutes ses victimes ont droit à des sévices sexuels. Il avait déjà fait scandale dans les années 90 en épousant une jeune chanteuse de seulement 15 ans. Cette fois, c'est sur scène que R. Kelly a déclenché une énorme polémique. Il s'est produit sur le campus de l'université de Tampa en Floride. Mais une vidéo montre un instant très sombe du concert.

Des mains qui lui caressent le sexe sur scène

On voit le chanteur accroupi sur le bord de la scène, tout proche de ses fans (à la vue des mains tendues vers lui, il n'y a quasiment que des jeunes femmes). Il demande justement à ces jeunes femmes de lui essuyer le front avec des mouchoirs. Mais soudainement, l'inteprète de "I Believe I can fly" se lève... et agite ses parties intimes à travers son pantalon juste devant ses fans. Plusieurs mains se tendent alors vers son entrejambes, et une main semble même en train de lui caresser le sexe. Le chanteur reste ainsi l'air triomphant, jambes écartées, pendant plusieurs secondes. Une séquence qui ne devrait pas manquer de relancer le débat (et peut-être l'enquête) sur ses nombreux abus sexuels. Il avait notamment été jugé en 2008 pour pornographie infantile, mais acquitté car les parents de la victime avaient refusé de témoigner.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people