Musique

Thé ou Café – Juliette Gréco : Ses terribles confidences sur sa tentative de suicide

Thé ou Café – Juliette Gréco : Ses terribles confidences sur sa tentative de suicide

Juliette Gréco était, ce dimanche, l’invitée de Catherine Ceylac dans l’émission "Thé ou Café", qui a été enregistrée avant les terribles attentats de Paris. Et si la chanteuse de 88 ans s’est livrée sur son enfance et ses parents, elle a expliqué pourquoi un jour elle a voulu mettre fin à ses jours. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Juliette Gréco, du haut de ses 88 ans, est toujours une bête de travail. En effet, l’interprète de "Sous le ciel de Paris" a démarré en octobre dernier une tournée d’adieu intitulée "Merci" et vient de sortir un nouvel album issu de cette tournée. Et à cette occasion la chanteuse a été reçue ce dimanche dans l’émission de Caterine Ceylac, "Thé ou Café", sur France 2 qui a été enregistrée avant les terribles attentats de Paris. Dans ce long entretien, Juliette Greco est revenue dans un premiers temps sur ses rapports difficiles avec sa famille. "Ma grand-mère m'énervait, je devais être un peu jalouse d'elle et elle de moi. J'aimais mon grand-père et il m'aimait, je crois (...) Le reste, je ne les connais pas (...) Ma mère n'était pas une mère maternelle et normale (...) Elle est héroïque (...) J'ai toujours aimé ma mère mais elle ne m'aimait pas".

"Ce n'est pas la peine de vivre dans ce monde"

Puis, celle qui a joué dans la série "Belphégor ou le Fantôme du Louvre" a reconnu ne pas se sentir bien dans sa peau. "Je n'aime pas mon corps. Je ne m'aime pas du tout. Si j'avais pu tout changer, j'aurais tout changé (...) C'est une grande douleur (...) Je me suis toujours trouvée moche (...) Je ne me reconnais toujours pas sur les photos (...) Je ne m'aime pas et je suis très sévère avec moi dans ma tête".

Enfin, Juliette Gréco s’est livrée et a expliqué pourquoi dans les années 60, elle a tenté de se suicider. "Je sortais d'un dîner chez Régine (...) Et les gens ne parlaient que d'histoires de lit (...) Je suis rentrée à la maison, j'ai vu comme des rayons X à travers ses gens et ce que je voyais n'était pas très jolie. Je me suis dit : 'Ce n'est pas la peine de vivre dans cette vie-là, dans ce monde et j'ai bien failli y laisser la mienne".

Réagissez à l'actu people