Musique

Michel Sardou irrité : Il dézingue "cette époque et ce siècle" (vidéo)

Michel Sardou irrité : Il dézingue "cette époque et ce siècle" (vidéo)

Alors qu'il était interviewé par Yves Calvi sur RTL ce lundi 2 septembre, Michel Sardou a énuméré tout ce qu'il détestait dans l'époque actuelle et la liste est longue… Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Michel Sardou en avait gros sur le cœur visiblement ce lundi 2 septembre. Alors qu'il était interviewé par nos confrères de RTL, le chanteur de 72 ans qui a mis un terme à sa carrière, a décidé de dire tout ce qu'il pensait de la société dans laquelle on vit et le moins que l'on puisse dire est qu'il n'a pas pris de pincettes. Lunettes de soleil pour camoufler son regard, Michel Sardou a donné son avis sur la nouvelle génération et sur les changements qui ont eu lieu depuis plusieurs années, dont il n'est clairement pas fan.

"Je hais cette époque, je la hais !", commence-t-il avant d'insister : "Je hais ce siècle, je n'aime pas du tout". Sans langue de bois, l'interprète des "Lacs du Connemara" poursuit au micro de la station de radio : "On n'a plus aucune liberté ! Rappelez-vous des années 70-80. On fumait, on faisait l'amour, on roulait vite, on pouvait boire, le théâtre marchait, les affaires marchaient… Maintenant tout est les réseaux sociaux ridicules où des gens s'expriment –quelques fois bien, mais très souvent c'est des abrutis !-", explique Michel Sardou avec dépit.

"La vie est moins souple"

Évoquant également les programmes télévisés qu'il réduit à des "débats", et des explications notamment des discours du Président de la République, celui qui chantait "La maladie d'amour" en 1973 lâche, furieux : "Ils nous prennent pour des cons quoi !". Décidé à clamer tout son ressenti sur l'époque actuelle, Michel Sardou enchaîne : "On ne peut plus rouler vite, alors qu'avant on mettait six heures pour aller à Marseille et il n'y avait aucun malaise. C'était bien !". De quoi provoquer la stupeur d'Yves Calvi, qui ne peut s'empêcher de lui rappeler qu'il y a "des dizaines et des milliers de morts sur les routes" et qu'il avait un "côté ronchon" en tenant ces propos.

"La vie est moins souple, moins détendue que dans les années 80 (…) le téléphone portable je hais ça, les réseaux sociaux n'en parlons pas… Et les gilets jaunes et les gilets rouges et les gilets bleus et les gilets verts et merde, ça va", déclare celui qui ne semble pas du tout à l'aise dans son époque et s'engage pour le parti animaliste, seule cause qui semble lui donner de l'espoir pour l'avenir.

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people