Musique

La police met fin au tournage du clip de Booba et Lacrim, violents affrontements (vidéo)

La police met fin au tournage du clip de Booba et Lacrim, violents affrontements (vidéo)

Après l’épisode Fianso, il y a maintenant un mois, c’est Booba et Lacrim qui ont vu le tournage de leur clip être écourté par la police à Aulnay-sous-Bois, ce dimanche 21 mai. Des incidents ont éclaté avec les forces de l’ordre, décidées à arrêter le tournage du clip qui n’avait reçu aucune autorisation. Plus d’informations sur Non Stop Zapping.

Décidément, il ne fait pas bon tourner des clips de rap en ce moment. Souvenez-vous le 6 avril dernier, le chanteur Fianso, avait bloqué la circulation de l’autoroute A3, pour tourner son clip Toka. Une plainte avait été déposée pour "entrave à la circulation". Les clips tournés sans autorisation seraient-ils la nouvelle mode des rappeurs Français ? Plus d’un mois après, ce sont Booba et Lacrim, deux des plus grandes pointures du rap français, qui se sont lancés dans un tel défi. Ils ont voulu ensemble tourner un clip non autorisé dans la cité des Étangs à Aulnay-sous-Bois en Seine-St-Denis. Près de 150 personnes se sont rassemblées autour des deux stars, les première scènes sont filmées et des fumigènes sont lancés des toits du quartier.

Les affrontements commencent

Les policiers de la BAC de Aulnay-sous-Bois ont dû intervenir de toute urgence face à la clandestinité de ce rassemblement perturbateur. Le clip n’ayant pas reçu d’autorisation de tournage par les pouvoirs publics, l’intervention était obligatoire mais non sans risque. Les forces de l’ordre sont alors victimes de jets de projectiles et d’injures avant de répondre par des tirs de gaz lacrymogènes pour disperser la foule venue assister au tournage d’"Oh bah oui", l’un des titres de "Force et Honneur", le nouvel album de Lacrim. Après quelques affrontements et quelques poubelles brûlées, le calme est revenu dans la cité en début de soirée.

Par Elisa Huet

Réagissez à l'actu people