Musique

Johnny Hallyday : La drogue, sa vie d’excès, ses proches disent tout (vidéo)

Johnny Hallyday : La drogue, sa vie d’excès, ses proches disent tout (vidéo)

A 73 ans, Johnny Hallyday a vécu plus de 50 ans d’une carrière sans égale en France. Pourtant celle-ci aurait pu être bien plus courte en raison des nombreux excès que le rockeur s’est autorisé dans sa jeunesse. Après une première rupture avec Sylvie Vartan, le père de David Hallyday fait une tentative de suicide et sombre dans la drogue, l’alcool et la nuit. Ses proches de l’époque sont revenus sur cette période trouble pour le magazine Un jour, un destin, présenté par Laurent Delahousse. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

En France, Johnny Hallyday n’a pas d’égal. Monstre sacré de la chanson française, le rockeur aux 50 albums studio déchaîne les foules depuis le début des années 60. Et continue à remplir le Stade de France après près de 55 ans de carrière. Pourtant, la vie du mari de Laeticia Hallyday est loin d’avoir été un long fleuve tranquille. Surexposé médiatiquement, adulé voire déifié, il va connaître une période particulièrement sombre en 1966. Marié à Sylvie Vartan depuis un an, son fils David naît le 14 août pendant qu’il chante à Milan. Il n’est alors de passage au chevet de sa femme que pendant quelques heures le lendemain avant de s’envoler pour Venise. La presse de l’époque fait état d’une séparation imminente. Et effectivement, un mois après la naissance de son fils, Sylvie Vartan quitte une première fois le rockeur. Au fond du trou, le mythe Johnny Hallyday va alors tenter de mettre fin à ses jours en avant des barbituriques et en se taillant les veines. Sans succès.

"C'était à qui irait le plus loin dans la drogue, dans les défis..."

Si sa vie est sauve, Johnny Hallyday n’en devient pas pour autant un homme équilibré. Après chaque concert, c’est la même rengaine : drogue, alcool, boîtes de nuit et soirées d’excès. Comme le révèle le magazine Un jour, un destin, diffusé dimanche soir sur France 2, une femme va alors accompaner le rockeur dans sa descente aux enfers : Nanette Workman, l’une de ses choristes américaines. "C’est Johnny en femme, avec les mêmes excès" se souvient Michel Mallory, son parolier, "C’est avec elle qu’il faisait le concours de celui qui allait dormir le moins". La biographe Amanda Sthers va encore plus loin : "C’était à qui irait le plus loin. Dans la drogue, dans les défis…Et il m’a raconté qu’un jour il s’est regardé dans le miroir, qu’il était gris et qu’il a dit que c’était fini, qu’il arrêtait". Dans un instinct de survie, Johnny Hallyday va mettre un terme à cette passion qui aura duré un an. Pour retourner avec Sylvie Vartan, jusqu’à leur séparation finale en 1980. 

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people