Musique

JoeyStarr : le rappeur se confie sur son enfance difficile (vidéo)

JoeyStarr : le rappeur se confie sur son enfance difficile (vidéo)

Le rappeur JoeyStarr s'est dévoilé à cœur ouvert sur son enfance difficile dans le documentaire "JoeyStarr, Grandeur nature", diffusé sur France 5 ce samedi 23 novembre. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Son image d'écorché vif se comprend mieux lorsque l'on revient sur son enfance difficile. Connu pour avoir du répondant, le rappeur s'est confié à cœur ouvert sur son parcours dans le documentaire "JoeyStarr, Grandeur nature", diffusé sur France 5 ce samedi 23 novembre. De son vrai nom Didier Morville, il est revenu sur sa relation avec son père, marquée par la souffrance, lorsqu'il a grandi à Saint-Denis, dans la cité Salvador-Allend. "Quand je pense à mon enfance, je pense à mon père. J'ai toujours un peu de mal à parler de ça parce que j'ai une pudeur, j'ai pas envie de passer pour un enfant du placard même si c'était un peu le cas", a-t-il confié en débutant son introspection.

"Je n’ai pas fini de me construire"

Décrivant son père comme un "homme à femmes", JoeyStarr raconte avoir vécu sous la violence avec lui. "J'étais moins inquiet de ce qui pouvait m'arriver dehors que quand j'allais rentrer chez moi. Mon père était un personnage qui cognait d'abord et qui t'expliquait pourquoi après. C'est à dire que tu rentrais chez toi, tu te faisais cravacher, et puis derrière il te racontait pourquoi", a-t-il lâché, et décrit un quotidien où les blessures devenaient difficiles à cacher : "Quand tu te pointes à l'école avec la tête ouverte, et que tu es tout le temps en train de mentir alors que les mecs savent exactement ce qu'il est passé, et bah voilà...". Impacté par cette maltraitance, l'acteur qui est aujourd'hui père de trois enfants, essaye encore aujourd'hui de réparer ses plaies : "Je pense que je suis à 50 ans encore en construction. Surtout quand on a pu me reprocher plein de choses, plein d’écarts de conduite ou même mon attitude qui, des fois, correspond un peu à une incompréhension. Je pense que c’est dû au fait que je n’ai pas fini de me construire. Je me suis fait tout seul".

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people