Divers

Une employée du FBI tombe amoureuse d’un djihadiste qu'elle surveillait (vidéo)

Une employée du FBI tombe amoureuse d’un djihadiste qu'elle surveillait (vidéo)

C’est l’histoire qui semble tout droit sortie d’une série télévisée américaine, le scénario d’une histoire d’amour impossible. Une employée du FBI, le service de renseignement américain, s’est amourachée d’un djihadiste… qu’elle était supposée surveiller ! Explications et séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Elle s’appelle Daniela Green, elle est américaine, il se prénomme Denis Cuspert, il est allemand. Elle travaille pour le FBI, lui est un ancien rappeur devenu djihadiste en Syrie. Leurs chemins se croisent en janvier 2014, quand l’employée au service de renseignement américain de 38 ans est chargée de surveiller Denis Cuspert (Daniela Green parlant couramment l’allemand). L’histoire est digne des films hollywoodiens, une histoire d’amour impossible, dangereuse, semée d’embûches. Et pourtant, ce n’est pas d’un scénario de film dont il s’agit, mais d’une relation qui a véritablement existé.

Jusqu’au bout du monde

Pour les besoins de l’enquête, Daniela Green et Denis Cuspert échangent pendant des mois de nombreuses discussions sur des comptes Skype, tous surveillés par le FBI. Mais ce que le service de renseignement ignore, c’est que Daniela s’en crée un autre en parallèle qui n’est pas surveillé par l'agence. La jeune femme tombe petit à petit amoureuse, jusqu’au jour où elle décide de tout avouer à Denis. À partir de là, les choses s’accélèrent. Prétextant une visite à sa famille à Munich, Daniela Green s’envole le 11 juin 2014. Elle passe alors par Toronto, puis Istanbul et finit enfin par arriver en Syrie, où elle épouse Denis Cuspert, alors connu sou le nom d’Abu Talha Al-Almani. Moins d’un mois plus tard, face au désastre de la guerre en Syrie et des attaques djihadistes, Daniela réalise l’horreur de la situation dans laquelle elle s’est mise. Elle parvient à fuir et revient aux Etats-Unis où elle sera jugée en décembre 2014, puis condamnée à deux ans de prison. Aujourd’hui Daniela Green est libre. Une histoire rocambolesque, qui prouve que même les plus aguerris ne sont pas à l’abri d’un endoctrinement dangereux.

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people