Divers

Un an après sa greffe du visage, un pompier brûlé au troisième degré a repris à vivre (Vidéo)

   / 5  
Un pompier retrouve une vie normale après une greffe du visage
1
Un pompier retrouve une vie normale après une greffe du visage
Le résultat avant/après
2
Le résultat avant/après
Patrick Hardison peut maintenant conduire
3
Patrick Hardison peut maintenant conduire
Il peut refaire du sport
4
Il peut refaire du sport
Cet homme a retrouvé une vie quasiment normale
5
Cet homme a retrouvé une vie quasiment normale

En 2001, Patrick Hardison un pompier a été brûlé au visage au troisième degré lors d’un incendie dans le Mississippi aux Etats-Unis. Il avait perdu ses oreilles, ses lèvres, ses paupières, une grande partie de son nez et son cuir chevelu. Mais grâce à une greffe totale du visage en 2015, le pompier a pu retrouver en l’espace d’un an une vie quasiment normale. Une vidéo à retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Lors d’un incendie dans un bâtiment en feu dans le Mississipi aux Etats-Unis, en septembre 2001, Patrick Hardison, un pompier volontaire, avait été brûlé au troisième degré au visage, au cou et au torse. Il avait ainsi perdu ses oreilles, ses lèvres, ses paupières, une grande partie de son nez et son cuir chevelu. Mais en 2015, après une préparation de plus d’un an mobilisant 150 personnes, le pompier a subi une greffe totale du visage. L’opération a duré 36 heures et elle a été estimée entre 850.000 et un million de dollars. Une somme prise en charge par l’université NYU Langone.

"Je suis presque de nouveau un gars normal"

Et cette greffe a été possible grâce au don du visage de l'ancien champion de BMX, David Rodebaugh, tué dans un accident de la route à l'âge de 26 ans. Et plus d’un an après cette intervention, Patrick Hardison a repris une vie presque normale. "L’opération m’a ramenée à la vie. On est récemment allé à Disney World en famille, et j’ai pu nager avec eux pour la première fois en 15 ans", a expliqué le pompier lors d’une conférence de presse. "On ne me dévisage plus, il n’y a plus d’enfants effrayés qui s’enfuient en me voyant". Et d’ajouter : Je n'ai plus de regards insistants d'étrangers, je suis presque de nouveau un gars normal, avec des activités normales".

Par Nicolas D

Réagissez à l'actu people