Divers

Uber : un journaliste se fait embaucher avec de faux papiers, la vidéo troublante

Uber : un journaliste se fait embaucher avec de faux papiers, la vidéo troublante

Les chauffeurs Uber sont-ils fiables ? C’est la question que s’est posée un journaliste de C Politique dimanche 5 février. Muni de faux papiers, il a réussi à se faire embaucher en cinq minutes par la plateforme américaine de VTC.

Voilà une affaire qui ne devrait pas redorer le blason d’Uber. La plateforme américaine est déjà la cible de nombreuses critiques. Ses 15 000 chauffeurs en France lui demandent une renégociation des tarifs. Mais les transactions ont tourné au dialogue de sourd alors qu’Uber refuse de diminuer la commission qu’il prend sur les courses des chauffeurs.

La société Uber dévoile une autre facette de son mode de fonctionnement. Lors d’une caméra cachée,  un journaliste de l’émission C Politique sur France 5 a démontré qu’il était possible de se faire embaucher en à peine cinq minutes tout en présentant de faux papiers d’identité.

Un trafic de faux papiers pour les chauffeurs Uber

Se présentant avec une fausse carte professionnelle de VTC, une fausse assurance et un faux extrait de casier judiciaire, le journaliste se fait embaucher par l’entreprise dont le siège français est à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Sur la séquence en caméra caché, après avoir présenté des faux papiers sur son téléphone portable, le journaliste reçoit dans la foulée le macaron l’autorisant à rouler sous pavillon Uber ainsi qu’un kit de connexion avec un support, un chargeur et une prise pour l’allume-cigare.

Le journaliste a mis également le doigt sur un vaste trafic de faux documents. Selon les informations d’un autre chauffeur, une cinquantaine de conducteurs munis de faux papiers sont autorisés à rouler sous pavillon Uber chaque semaine. D’après lui, la société américaine "ne vérifie pas l’authenticité des documents" présentés par les candidats. 

Par Ambre L

Réagissez à l'actu people