Divers

Trois musulmans, accusés de faire partie de Daesh, débarqués d’un vol EasyJet (Vidéo)

   / 5  
Des musulmans virés d'un vol EasyJet
1
Des musulmans virés d'un vol EasyJet
Trois frères et soeurs musulmans ont été débarqués d'un avion EasyJet
2
Trois frères et soeurs musulmans ont été débarqués d'un avion EasyJet
Cet incident s'est déroulé à Londres
3
Cet incident s'est déroulé à Londres
Une information qui a fait le tour des médias
4
Une information qui a fait le tour des médias
Une des sœurs a exprimé sa colère sur Facebook
5
Une des sœurs a exprimé sa colère sur Facebook

Trois frères et sœurs, Maryam, Sakina et Ali Dharas, d’origine indienne et de confession musulmane ont été débarqués à Londres d’un avion EasyJet. Des passagers les ont accusés d’être des islamistes. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

La peur du terrorisme fait parfois perdre la raison et fait devenir les gens paranoïaques. En mars dernier, un avion d'EasyJet a été stoppé juste avant son décollage à l'aéroport de Vienne. La raison ? Une femme était persuadée que son voisin, un citoyen irakien, était un extrémiste islamiste. "La femme croyait avoir vu des messages relatifs à l'EI (le groupe État islamique) sur le téléphone portable de l'homme", a indiqué Karl-Heinz Grundboeck, porte-parole du ministère autrichien de l'Intérieur. Et d’ajouter : "Rien n'a cependant été trouvé, et l'avion a depuis décollé, mais sans l'homme ni la femme, qui sont en train d'être interrogés". Cet incident s’est produit quelques jours après les attentats à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles.

Autorisés à remonter dans l’avion

Mais malheureusement, cette mésaventure vient de se reproduire. En effet, trois frères et sœurs de confession musulmane, Maryam, Sakina et Ali Dharas, ont été débarqués d’un avion EasyJet à l’aéroport de Londres. Des passagers auraient vu des textes et images en lien avec Daesh sur leurs téléphones. Ils ont été interrogés par les autorités avant de finalement être autorisés après plusieurs vérifications à reprendre leur vol en direction de Naples. Sur Facebook, Sakina a expliqué qu’ils étaient d’origine indienne et qu’ils ne parlaient pas l’arabe. Après cet incident, la compagnie a présenté ses excuses aux jeunes gens. 

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people