Divers

Syrie : Découvrez Palmyre avant et après les destructions de Daesh (Vidéo)

   / 5  
Syrie : Découvrez Palmyre avant et après les destructions de Daesh (Vidéo)
1
Syrie : Découvrez Palmyre avant et après les destructions de Daesh (Vidéo)
Palmyre avant et après Daesh
2
Palmyre avant et après Daesh
Palmyre avant et après Daesh
3
Palmyre avant et après Daesh
Palmyre avant et après Daesh
4
Palmyre avant et après Daesh
Palmyre avant et après Daesh
5
Palmyre avant et après Daesh

Après dix mois d’occupation par Daesh, la cité antique de Palmyre a été libérée fin mars par l’armée de Bachar al-Assad, aidée par des forces russes. Mais aujourd’hui, l’heure est au bilan. Ce site classé au patrimoine mondial de l'Unesco, a subi d'importants dégâts. Un photographe de l’"AFP" a voulu montrer l’estimations des pertes en prenant une photo de ce qu’il reste aujourd’hui, avec un cliché dans sa main de ce qu’il y avait avant au même endroit avant le passage de l’Etat Islamique. Une vidéo à retrouver sur Non Stop People.

Fin mars et après plus de vingt jours de combat, l’armée de Bachar al-Assad, aidée par des forces russes a réussi à libérer la ville antique de Palmyre aux mains de Daesh depuis dix mois. L’étau semble donc se resserrer depuis quelques temps autour de Raqqa la capitale de l’Etat Islamique. Le directeur des Antiquités syriennes, Maamoun Abdulkarim, s’est réjoui de cette libération. "J'étais le directeur des Antiquités le plus triste au monde, je suis aujourd'hui le plus heureux", a-t-il expliqué après la reprise de Palmyre. D'après ses estimations, "80% de l'architecture du site archéologique n'a pas été touchée: la colonnade, l'agora, le théâtre, les ruines des bains, les temples de Nébo et d'Allat". Mais malgré tout, la reconstruction de ce site, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, sera longue. "Si nous avons l'approbation de l'Unesco, il nous faudra au moins cinq ans pour restaurer les bâtiments détruits et endommagés dans la cité antique de Palmyre", a-t-il estimé.

Des dégâts importants à Palmyre

Mais pour autant, certains ne semblent pas vraiment optimistes quant à la réhabilitation de Palmyre. "Tout le monde s'enflamme parce que Palmyre est “libérée”, mais il ne faut pas oublier tout ce qui a été détruit et la catastrophe humanitaire du pays", a estimé Annie Sartre-Fauriat, membre du groupe d'experts de l'Unesco pour le patrimoine syrien. Et pour témoigner des dégâts commis par Daesh, Joseph Eid, photographe de l'"AFP", a photographié ce qu’il reste de Palmyre aujourd’hui en superposant des clichés datant de 2014. 

Réagissez à l'actu people