Divers

Spécial Investigation : Les terroristes appelés par Daesh à frapper une boîte de nuit à Paris (vidéo)

   / 5  
Une cellule de Daesh en France appelée à frapper une boîte de nuit
1
Une cellule de Daesh en France appelée à frapper une boîte de nuit
Le journaliste infiltré pour Spécial Investigation a rendez-vous dans une station RER
2
Le journaliste infiltré pour Spécial Investigation a rendez-vous dans une station RER
Là, une femme lui remet une lettre manuscrite
3
Là, une femme lui remet une lettre manuscrite
La lettre comprend plusieurs pages
4
La lettre comprend plusieurs pages
Et demande d'attaquer une boîte de nuit ou un cabaret à Paris
5
Et demande d'attaquer une boîte de nuit ou un cabaret à Paris

Pendant six mois, un journaliste d’origine musulmane a infiltré une cellule se revendiquant de Daesh, pour les besoins d’un documentaire diffusé lundi soir dans Spécial Investigation sur Canal +. Pendant son enquête, il a vu passer une lettre où il est demandé au groupe de frapper un établissement de nuit parisien. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur Non Stop Zapping.

Pour l’émission Spécial Investigation, un journaliste a infiltré durant six mois une cellule se revendiquant de Daesh, l’organisation terroriste qui a revendiqué les attentats de Paris et Saint-Denis le 13 novembre mais aussi de Bruxelles le 22 mars. Samedi dernier, Non Stop Zapping vous avait relayé les premiers extraits de l’émission de Canal + et ce mardi, nous vous avons dévoilé comment les autorités françaises luttaient face à la menace djihadiste sur la toile, avec des moyens limités.

"Les frères (...) tueront tout le reste de la viande impure"

Dans la suite du reportage, le journaliste infiltré se rend dans une gare RER de la région parisienne, à la demande de "Souleymane, l’homme sans visage, le vrai chef du groupe". Une femme en niqab lui remet ensuite une lettre manuscrite "de la main à main, seul moyen de rester intraçable." Il s’agit des consignes pour une opération à mener en France.

"On peut viser un endroit où il y a beaucoup de monde, boîte de nuit dans Paris ou cabaret, les endroits pervers beaucoup fréquentés par les mécréants dégueulasses, est-il écrit. Il faudrait un ou deux kamikazes à l’intérieur. Une fois qu’il est à l’intérieur il attend que ça se remplisse bien et il passe à l’acte. Ensuite, les frères qui seront dehors, armés, tueront tout le reste de la viande impure et se planqueront jusqu’à ce que la police et les militaires soient sur place. Et là, il faut un ou deux kamikazes armés. On tire jusqu’à la mort mes frères."

Réagissez à l'actu people