Divers

"Restez chez vous" : Le témoignage choc d’un combattant de Daesh repenti (vidéo)

"Restez chez vous" : Le témoignage choc d’un combattant de Daesh repenti (vidéo)

Abou Omar al Faransi se présente lui-même comme "un jeune maghrébin de 28 ans" qui a "grandi en France". En 2014, il part pour l’Irak pour rejoindre les rangs de Daesh. Deux ans plus tard, il publie une vidéo pour raconter son expérience, ses désillusions, et tenter de décourager les futurs combattants du monde entier. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Jour après jour, Daesh perd du terrain que ce soit en Irak ou en Syrie. Et les dissensions au sein-même de l’organisation terroriste se font de plus en plus sentir. Parti combattre dans les rangs de l’Etat Islamique en 2014, Abou Omar al Faransi, un jeune français de 28 ans, s’est fait connaître cette semaine en publiant, grâce à l’aide du groupe activiste Ibn Awa, une vidéo choc sur YouTube dans laquelle il raconte son expérience en tant que combattant de Daesh en Irak et en Syrie. D’après plusieurs médias, cet enregistrement aurait été réalisé au nord d’Alep, dans une maison appartenant à un passeur chez qui le jeune homme se serait réfugié en attendant de pouvoir passer en Turquie. Depuis la publication de la vidéo, il n’y aurait en revanche plus aucune trace de lui.

"Il n'y a aucune sécurité, aucune éducation, pas de justice"

Une chose est sûre en tout cas, Abou Omar al Faransi a pris de considérables risques en enregistrant cette vidéo avant même d’avoir quitté la Syrie. Car le portrait qu’il dresse de Daesh n’a rien de réjouissant : "Les gens comme moi, les combattants étrangers, servent de chair à canon. A la base on était venus pour protéger le peuple syrien et on s’est mis à l’utiliser comme protection" explique-t-il face caméra tout en prenant soin de cacher son visage. Pour décourager les potentiels futurs combattants de Daesh, le jeune homme énumère ensuite les innombrables inconvénients à rejoindre l’Etat Islamique : "Il n’y a aucune sécurité, il n’y a aucune éducation, il n’y a pas de justice. C’est la loi du plus fort. On cherche même à avoir vos femmes alors que vous êtes encore en vie. Et si vous mourez, une loi dit que votre femme doit aller en internat pendant un an et après elle doit se marier. C’est un sorte de viol légal". Et de conclure par une phrase qui fait froid dans le dos : "Je n’ai jamais vécu l’humiliation, l’injustice, la ségrégation de toute ma vie comme je l’ai vécu dans les rangs de Daesh".

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people