Divers

Rennes : une mini-tornade traverse la ville (vidéo)

Rennes : une mini-tornade traverse la ville (vidéo)

Lundi soir, des habitants de Rennes (Bretagne) ont assisté à une scène rare et inquiétante : une mini-tornade s'est formée dans le ciel de la ville, causant d'importants dégâts dans les rues. Retrouvez la scène filmée par un témoin en vidéo sur Non Stop Zapping.

On n'est pas au niveau des tornades géantes qui ravagent régulièrement le centre des Etats-Unis, comme celle-ci au Kansas, mais la scène a tout de même de quoi inquiéter. Avec les fortes bourrasques de vent qui se sont abattues sur la moitié nord de la France ce lundi 1er mai, un phénomène rarissime s'est déroulé dans la ville de Rennes : une mini-tornade s'est formée dans le ciel avant de s'abattre sur la ville. Vers 20h30, plusieurs témoins, dont cet homme qui a filmé la scène, ont pu constater la formation d'un cône dans le ciel. "Je l'ai vue partir de la préfecture de Beauregard pour ensuite se diriger plus au sud et partir vers Cesson-Sévigné. C'est là qu'un cône s'est formé vers le sol" témoigne le jeune homme. Les fortes bourrasques ont arraché des arbres et envoyé voler de nombreuses branches dans le sud de la ville, provoquant la panique de certains habitants. Heureusement, plus de peur que de mal.

"C’est quelque chose de très localisé"

Les pompiers ont tout de même passé plusieurs heures hier soir à rassurer les gens et sécuriser les zones touchées, notamment en raison du danger provoqué par les échafaudages. Météo France a tenu à expliquer le phénomène et préciser que ce n'était pas réellement une tornade : "C’est quelque chose de très localisé, une cellule virulente qui correspond à un pixel sur nos écrans. Cela s’inscrit dans une situation qui est instable depuis deux jours, avec des averses et des orages. Mais cela devrait s’atténuer à partir de mardi sur la pointe Bretagne" annoncent les services météorologiques. Les tornades ne sont pourtant pas absentes du territoire français. La Corse notamment a connu plusieurs épisodes similaires, comme en octobre dernier lorsqu'un chapiteau avec 350 enfants s'était effondré.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people