Divers

Procès de Fabienne Kabou : Sa terrible version sur les circonstances de la mort de sa fillette (Vidéo)

   / 3  
Photo de Fabienne Kabou et sa fille avant de prendre le train pour Berck-sur-Mer
1
Photo de Fabienne Kabou et sa fille avant de prendre le train pour Berck-sur-Mer
Fabienne Kabou a dévoilé les circonstances de la mort de sa fille
2
Fabienne Kabou a dévoilé les circonstances de la mort de sa fille
La plage où Fabienne Kabou a laissé mourir sa fillette
3
La plage où Fabienne Kabou a laissé mourir sa fillette

Les faits remontent au mois de novembre 2013. C'est à ce moment-là que Fabienne Kabou, maman d'une petite Adélaïde de seulement quinze mois, décide d'abandonner froidement son enfant sur une plage de Berck-sur-Mer et ce durant la marée montante. Alors que le corps de la fillette avait été retrouvé le lendemain par un pêcheur, Fabienne Kabou répond enfin de ses actes face à la justice. Au deuxième jour de son procès, Fabienne Kabou est revenue sur les circonstances de la mort de sa fille Adélaïde. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Voilà une histoire qui avait secoué les français il y a quelques années. En effet, les faits remontent au 19 novembre 2013. Ce jour-là Fabienne Kabou, maman d'une petite Adélaïde de tout juste quinze mois, prend le train à Gare du Nord à Paris afin de rejoindre la ville de Berck-sur-Mer.

"On ne pourrait même pas en rire, c'est terrible"

Mais ce n'est pas pour faire profiter sa fille des joies du bord de mer que Fabienne Kabou se rend dans le Nord-pas-de-Calais, mais bel et bien pour mettre un terme à la vie de son bébé. En effet, dans la soirée Fabienne Kabou se rend sur une plage de la ville et abandonne froidement son enfant, alors que la marée est en train de monter.

Alors que le procès de Fabienne Kabou en est à son deuxième jour, la maman de la petite Adélaïde est revenue sur les circonstances de la mort de sa fille. Elle explique qu'elle a joué avec sa fille pendant la soirée et qu'elle lui a donné une dernière fois le sein avant de se rendre sur la plage. La suite a de quoi faire froid dans le dos. « Elle ne bouge pas, elle est silencieuse, alors je m'enfuis, je rebrousse chemin en courant. J'ai compris que la mer était sur ma fille à mes bottes enfoncées dans l'eau. Je ne comprends pas ce qui m'est arrivé, je ne me reconnais pas dans mon geste, stupide, grotesque. On ne pourrait même pas en rire, c'est terrible. »

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people