Divers

Philippe Bouvard révèle que Jacques Mesrine avait l'intention de le tuer : "J'aurais dû être son dernier client"

Philippe Bouvard révèle que Jacques Mesrine avait l'intention de le tuer : "J'aurais dû être son dernier client"

Au micro de L'heure du crime sur RTL ce mercredi 28 octobre, Philippe Bouvard a fait une révélation surprenante. Le journaliste a en effet confié avoir été la cible de Jacques Mesrine. Heureusement, "l'ennemi public numéro 1" est mort avant d'avoir eu le temps de mettre son plan à exécution. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Au début des années 1970, Jacques Mesrine est déclaré "ennemi public numéro 1". "L'homme aux milles visages" parvient pendant de nombreuses années à échapper aux forces de l'ordre, jusqu'au 2 novembre 1979, jour où il est abattu par la police alors qu'il se trouve dans sa voiture porte de Clignancourt, à Paris. Après sa mort, les policiers ont fouillé son corps et ont alors fait une découverte inattendue. En effet, Jacques Mesrine projetait d'assassiner un journaliste et avait pour cela recueilli de nombreuses informations sur lui.

Sa cible n'était autre que Philippe Bouvard, qui officiait sur France Inter. L'ancien animateur des Grosses têtes a en effet révélé ce mercredi 28 octobre dans L'heure du crime sur RTL que "l'ennemi public numéro 1" avait l'intention de s'en prendre à lui. "Celle année-là, j’étais chez moi sur la Côte d’Azur. Le téléphone a sonné et j’ai entendu une voix qui me disait : ‘Ici Devos’. Alors j’ai dit ‘Bonjour Raymond’, comme d’habitude. Et là, il m’a dit : ‘Non, non c’est pas le comique, c’est le commissaire" a-t-il commencé par expliquer avant d'ajouter "Il m’a alors dit : ‘Je voulais vous avertir que nous venons d’abattre Jacques Mesrine il y a une demi-heure, et dans son veston, nous avons découvert un plan de votre villa du Vésinet et les numéros d’immatriculations de vos voitures, ainsi que les itinéraires que vous empruntez chez vous, pour rentrer le soir"

"J'aurais dû être son dernier client"

On ne peut qu'imaginer à quel point ce coup de téléphone du commissaire Devos a dû faire froid dans le dos de Philippe Bouvard. Mais pourquoi Jacques Mesrine voulait-il à ce point s'en prendre au journaliste de France Inter ?  "J'avais consa­cré deux ou trois chro­niques assez venge­resses à Mesrine pour protes­ter contre le fait que cet ennemi public n°1 – parce qu'il avait sorti un best-seller et qu'il savait manier la langue française – était devenu un maître à penser de la société française. Bon, je trou­vais quand même que c'était lui faire beau­coup d'honneur et que ce n'était pas un exemple pour les jeunes" explique l'humoriste de 85 ans.

Or, Philippe Bouvard n'aurait pas été le premier journaliste victime de Jacques Mesrine. En effet, le criminel interprété au cinéma par Vincent Cassel avait kidnappé et séquestré Jacques Tillier, un autre journaliste qui avait osé s'en prendre à lui dans ses papiers, avant de le laisser pour mort.  "Il avait résolu de m'enle­ver et peut-être de me faire subir le même sort – ou pire – que ce jour­na­liste. J'aurais dû être son dernier client. Alors évidem­ment, si j'en avais réchappé, j'aurais fait une série d'articles puisés à la meilleure source. Mais enfin, il y a des moments où on préfère renon­cer à une acti­vité profes­sion­nelle et conser­ver la vie" confie Philippe Bouvard.

Réagissez à l'actu people