Divers

Panique en Equateur : L’un des volcans les plus dangereux au monde s’est réveillé

Panique en Equateur : L’un des volcans les plus dangereux au monde s’est réveillé

Depuis samedi, l’Equateur est en "état d’exception". La raison ? Le réveil de l’un des volcans les plus dangereux au monde, le Cotopaxi. Proche de la ville de Quito, les autorités ont procédé à de nombreuses évacuations. Le pays d’Amérique du Sud s’attend au pire.

Il sommeillait depuis 1877, mais le samedi 15 août 2015, le Cotopaxi, l’un des volcans les plus dangereux au monde s’est réveillé provoquant un vent de panique en Equateur. Depuis, les autorités équatoriennes sont en alerte, d’autant que le volcan est situé à seulement 45 kilomètres de la capitale Quito qui compte plus de deux millions d’habitants.

Sur les images diffusaient partout dans le monde et que "Non Stop Zapping" vous fait découvrir par l’intermédiaire de nos confrères de "BFM TV", une importante colonne de cendres s’élève jusqu’à huit kilomètres de hauteur. Les autorités ont également précisé que de nombreuses explosions ont été entendues et que ces dernières peuvent provoquer d'importantes avalanches.

"En raison de l'expulsion de ces pyroclastes qui peuvent entraîner des lahars (coulées boueuses d'origine volcanique, NDLR), nous avons évacué préventivement la zone sud du volcan", a déclaré le responsable du secrétariat national de la gestion des risques, Pablo Morillo, sur son compte Twitter.

L’Equateur en "état d’exception"

L’Equateur vit dorénavant au rythme du volcan et les habitants s’attendent au pire. Pour cette raison, Le président équatorien Rafael Correa a annoncé à la radio et à la télé équatoriennes avoir décrété un "état d'exception", c’est-à-dire que les autorités peuvent utiliser "toutes les ressources où qu'elles soient, mis à part celles de l'éducation, pour répondre à une éventuelle urgence et mobiliser les ressources nécessaires", précise-t-il.

Toutes les activités à proximité du volcan ont été suspendues. L’aéroport de Latacunga situé au pied de la montagne a été fermé. D’après le journal "La Hora", le gouverneur de Cotopaxi, Fernando Suarez, a déclaré qu’aucun incident n’avait pour le moment été recensé et a appelé la population à rester calme. 

Réagissez à l'actu people