Divers

À Molenbeek, les recruteurs de Daesh sont toujours actifs (vidéo)

   / 5  
Les recruteurs de Daesh sont toujours actifs à Molenbeek
1
Les recruteurs de Daesh sont toujours actifs à Molenbeek
Une journaliste d'I-Télé a rencontré deux jeunes de Molenbeek
2
Une journaliste d'I-Télé a rencontré deux jeunes de Molenbeek
Ils ont alors raconté comment Daesh tente de les convaincre de partir en Syrie
3
Ils ont alors raconté comment Daesh tente de les convaincre de partir en Syrie
Les recruteurs s'intéressent notamment aux jeunes sans emploi
4
Les recruteurs s'intéressent notamment aux jeunes sans emploi
À Molenbeek, 40% des moins de 25 ans sont au chômage
5
À Molenbeek, 40% des moins de 25 ans sont au chômage

Une journaliste d’I-Télé a rencontré deux jeunes hommes habitant à Molenbeek. Ils ont raconté comment les recruteurs de Daesh tentaient toujours de les convaincre de partir en Syrie. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur Non Stop Zapping.

La commune de Molenbeek est désormais connue de beaucoup. Le 18 mars dernier, c’est ici que Salah Abdeslam, dernier survivant du commando des attentats du 13 novembre a été arrêté avant d’être remis aux autorités françaises la semaine dernière et Non Stop Zapping vous en avait fait part. Son transfèrement avait été effectué dans le plus grand secret pour éviter toute tentative d’évasion de ce suspect clé. Pendant quatre mois, il s’était donc caché à Bruxelles et ses environs, où il a toujours vécu et possédait des attaches et des complices pouvant le cacher des autorités belges.

"Il avance des arguments pour essayer de nous faire culpabiliser"

Il y a un mois, une équipe de télévision italienne de la chaîne SkyTg24 s’était rendue à Molenbeek pour un sujet. Mais Giovanna Pancheri, la journaliste, avait été perturbée pendant son duplex. "Il y avait un groupe de trois intimidateurs qui ne savaient pas comment occuper leur temps (…) Pendant le direct, l'un d'eux s'est approché, cherchant à arracher la caméra et donnant des coups de pieds au cameraman." En janvier, d’autres journalistes avaient déjà été agressés à Molenbeek.

La journaliste d’I-télé qui a rencontré deux jeunes de Molenbeek approchés par les recruteurs de Daesh a été plus discrète pour entendre le discours des recruteurs de Daesh à Molenbeek, où 40% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage. "J’ai été interpellé par un gars que j’avais déjà vu plusieurs fois dans le quartier, explique alors l’un de ses interlocuteurs. Il avance des arguments pour essayer de nous faire culpabiliser comme ‘t’as pas de boulot, tu ne fais rien, t’as fait beaucoup de conneries et si tu veux je peux t’aider, te faire sortir de la misère, de ta m***. Il y a un groupe qui part bientôt en Syrie’."

Réagissez à l'actu people