Divers

Migrants à Saint-Brévin : Un habitant pousse un coup de gueule et "insulte" les réfugiés (Vidéo)

   / 5  
70 migrants doivent venir à Saint-Brévin
1
70 migrants doivent venir à Saint-Brévin
Les habitants de Saint-Brévin sont en colère
2
Les habitants de Saint-Brévin sont en colère
Maxime Boulanger a poussé un violent coup de gueule
3
Maxime Boulanger a poussé un violent coup de gueule
L'arrivée des migrants à Saint-Brévin fait polémique
4
L'arrivée des migrants à Saint-Brévin fait polémique
L'arrivée des migrants à Saint-Brévin fait polémique
5
L'arrivée des migrants à Saint-Brévin fait polémique

Alors que le gouvernement a décidé de faire venir 70 migrants de la jungle de Calais à Saint-Brévin, les habitants ont décidé de réagir et se sont rassemblés samedi dernier à l’initiative de Maxime Boulanger pour exprimer leur colère. Ce dernier a d'ailleurs poussé un coup de gueule. Une séquence que nous vous proposons de découvrir sur notre site Non Stop Zapping.

La crise des migrants est loin d’être terminée. Et alors qu’ils sont de plus en plus nombreux notamment à Lesbos, un incendie volontaire a été déclenché dans le camp de Moira ce lundi 19 septembre. Face aux flammes, entre 3000 et 4000 réfugiés ont fui dans les champs alentour alors que le camp a été pratiquement détruit. Et en France, c’est la jungle de Calais qui pose problème. Alors que le gouvernement a commencé le démantèlement de ce camp, sa décision de déplacer 70 réfugiés dans la ville de Saint-Brévin a particulièrement énervé les habitants. Et ce samedi 17 septembre, deux rassemblements se sont tenus dans la ville, l’un pour s’opposer à ce projet et l’autre pour le soutenir. Alors que 200 personnes étaient présentes devant l’hôtel de ville entre 11h et 12h, les deux manifestations se sont déroulées sans incident.

"Parmi ces gens il y a des voyous"

Maxime Boulanger, à l’origine d’un collectif contre l’installation des migrants à Sant-Brévin, campe sur ses positions et refuse l’arrivée des réfugiés dans la ville évoquant même l’insécurité : "Il y a quand même énormément de cynisme à annoncer à une commune de 13 000 habitants qu’on va recevoir 70 hommes seuls. 70 clandestins. Parmi lesquels il n’y a certainement pas que des enfants de Marie. On sait très bien que parmi ces gens il y a des voyous". Alors que les migrants doivent arriver dans les prochaines semaines, le maire de Sant-Brévin s’interroge sur l’accompagnement social de ces migrants et sur la durée de leur hébergement : "Les mairies n’ont pas les moyens d’assurer la logistique".   

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people