Divers

Maroc : arrestation de l'instituteur qui appelait à "décapiter" des bénévoles en short (vidéo)

Maroc : arrestation de l'instituteur qui appelait à "décapiter" des bénévoles en short  (vidéo)

A la suite d'une vidéo montrant un groupe de bénévoles belges en short, un instituteur marocain a appelé à la décapitation sur Facebook. Il a été poursuivi. Un séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

La vidéo a créé la polémique au Maroc. Dans un reportage diffusé le samedi 3 août, de jeunes bénévoles belges apparaissent en short sous la chaleur, sur un chantier d’un village près de Taroudant dans le sud du Maroc. À la suite de ces images, les réactions ont été brutales dans le pays et un homme de 26 a publié sur Facebook un appel à la décapitation de ces jeunes femmes. D'après les médias locaux, la réaction de cet instituteur s'est fait en écho à l'assassinat de deux touristes scandinaves perpétré en 2018 par des Marocains radicalisés au nom du groupe État islamique.

UN DÉPUTÉ S'EN PREND AU GROUPE DE BÉNÉVOLES

L'homme a été poursuivi pour "avoir publié sur Facebook un message haineux" et "incitation à des actes terroristes" selon la DGSN dans un communiqué rapporté à l'AFP ce mardi 6 août. Si la publication de l'auteur a été supprimée depuis, nombreux sont ceux à avoir commenté cet appel. Sur son compte Facebook, un député du parti islamiste, Ali El Asri, a critiqué la tenue vestimentaire des bénévoles belges, relève l'AFP : "Depuis quand les Européens font-ils des travaux en tenue de baignade ?". Mais le groupe de volontaires a pu compter sur le soutien de nombreuses personnes qui ont salué son dévouement. Ils "sont venus faire le boulot à la place des responsables locaux", ont-ils notamment écrit. Le Maroc reste un pays considéré comme dangereux pour les femmes faisant du tourisme seules.

 

 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people