Divers

Londres : "plusieurs blessés" lors d'une attaque à l'arme blanche (vidéo)

Londres : "plusieurs blessés" lors d'une attaque à l'arme blanche (vidéo)

Une attaque à l'arme blanche s'est déroulée ce vendredi 29 novembre à Londres. Alors que le suspect a été tué par la police, plusieurs personnes ont été blessées. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

Dans le milieu de l'après-midi de ce vendredi 29 novembre, une attaque à l'arme blanche s'est déroulée au niveau du London Bridge, à Londres. Cet incident a provoqué une vraie scène de panique. "La police a été appelée à 13h58", ont indiqué les forces de l'ordre sur Twitter. Lorsque les services d'urgence et la police se sont rendus sur place, ont informé les forces de l'ordre, un homme a été arrêté. Comme le dévoilent plusieurs vidéos partagées sur les réseaux sociaux, une personne est à terre entourée par plusieurs policiers sur le lieu de l'attaque. Après plusieurs tirs de la police sur l'individu, l'homme a été tué. Plusieurs personnes ont été blessées à l'arme blanche, a indiqué la police londonienne. Alors que la zone a été bouclée, la station de métro London Bridge a été fermée, a indiqué la BBC.

Le contexte de l'attaque encore flou

Alors que le contexte de cette attaque est resté flou au départ, la police londonienne a traité "par précaution comme terroriste" cet incident. Lors d'une conférence de presse, Neil Basu, le chef de la lutte contre le terrorisme, a confirmé "qu'il s'agit d'un incident terroriste". "Nous pensons que l'engin attaché au corps du suspect est un engin explosif factice", a-t-il ajouté sur l'assaillant, tout en indiquant : "Je dois insister sur le fait que nous gardons l'esprit ouvert quant au mobile". Selon le porte-parole de la police, l'homme portait une fausse veste explosive. La section antiterroriste de Scotland Yard est en charge de l'enquête. Selon un journaliste de la BBC, deux coups de feu auraient été entendus. Le Premier ministre Boris Johnson a "remercié la police et les services de secours pour leur réaction immédiate". 

 

 

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people