Divers

Loi travail : Le siège de la CFDT vandalisé pendant une manifestation illégale ( Vidéo)

   / 5  
Le siège de la CFDT a été vandalisé
1
Le siège de la CFDT a été vandalisé
Une manifestation illégale s'est déroulée à Paris
2
Une manifestation illégale s'est déroulée à Paris
La façade a été taguée
3
La façade a été taguée
Plusieurs vitres ont été brisées
4
Plusieurs vitres ont été brisées
Le syndicat a décidé de déposer plainte
5
Le syndicat a décidé de déposer plainte

Alors qu’une nouvelle manifestation contre la loi travail a eu lieu hier à Paris, le siège parisien de la CFDT a été vandalisé par une centaine de personnes qui manifestaient sans autorisation. Une séquence que nous vous proposons de découvrir sur notre site Non Stop Zapping.

A l’appel de plusieurs syndicats, une nouvelle manifestation contre la loi travail s’est tenue place de la Bastille ce jeudi 23 juin. Et alors que ce rassemblement s’est déroulé dans le calme malgré quelques tensions en fin de journée, une autre manifestation cette fois illégale a dégénéré. Peu après 21h00, une centaine de manifestants ont quitté le quartier de Ménilmontant pour rejoindre celui de Belleville dans l’est parisien, et ont au passage vandalisé la façade du siège du syndicat réformiste CFDT, en écrivant sur les murs : "C’est fini de trahir" ou encore "collabos". Plusieurs baies-vitrées ont été brisées.  

Neuf personnes interpellées

Face à cette attaque, Manuel Valls a rapidement réagi sur Twitter : "Les actes de dégradations du siège de la CFDT sont une attaque intolérable contre la démocratie sociale". De son côté, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a écrit : "Nos locaux à Paris viennent d'être saccagés par des individus cagoulés. Cette attaque violente est un coup direct porté à la démocratie. Stop à l'indignation sélective, ces agressions doivent être condamnées! Certains prônent la violence, la CFDT défendra toujours le débat". Le syndicat a décidé de déposer plainte. Vers 22h00, neuf personnes ont été interpellées au cours de ce rassemblement. 

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people