Divers

Les pompiers en colère, ils bloquent le périphérique parisien (Vidéo)

Les pompiers en colère, ils bloquent le périphérique parisien (Vidéo)

Les pompiers de la France entière ont décidé de se réunir à Paris pour crier leur colère. Ils dénoncent un manque de reconnaissance et comptent bien se faire entendre du gouvernement. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur le site Non Stop Zapping.

Le ras-le-bol est général chez les fonctionnaires. En octobre dernier, les policiers manifestaient à Paris pour soutenir leurs collègues blessés. Non Stop Zapping vous dévoilait ce rassemblement qui avait lieu en pleine nuit. Les riverains ont dû faire face aux bruits de klaxons et à la "Marseillaise" qui résonnaient dans les rues parisiennes. Le gouvernement avait mis plusieurs jours à calmer ces policiers en colère et de nouvelles aides vont prendre effet dès janvier 2017. Ce jeudi 24 novembre, c’est au tour des pompiers de faire entendre leur voix. Les préoccupations sont les mêmes et ils dénoncent l’insécurité, le manque d’effectifs, l’absence de reconnaissance et les incivilités auxquelles ils font face.

"Stop à l’absence de reconnaissance du métier"

La Fédération autonome Sapeurs-pompiers professionnels - Personnels administratifs et techniques a appelé les pompiers à envahir les rues. Loin d’être seuls à manifester, ces derniers ont été rejoints par les policiers et les infirmiers. Plus d’un millier de personnes se sont rassemblé dans les rues et cette fois-ci, il n'a pas été possible de voir une chaîne humaine de policiers. Certains brandissaient des pancartes où il était possible de voir écrit "Stop à l’absence de reconnaissance du métier, au mépris du dialogue social, aux réformes dévastatrices". D’autres optent pour les fumigènes pour se faire voir et bloquent le périphérique parisien. Dans un communiqué, la Fédération autonome Sapeurs-pompiers professionnels explique leur problème : "L’intervention de plus en plus fréquente des sapeurs-pompiers professionnels sur des missions qui ne relèvent pas de leur ressort mais de celui des services de l’Etat".

Par Emilie Flores

Réagissez à l'actu people