Divers

L214 : La nouvelle vidéo choc sur l'enfer des vaches à hublots (Vidéo)

L214 : La nouvelle vidéo choc sur l'enfer des vaches à hublots (Vidéo)

Ce jeudi 20 juin, l'association de protection des animaux a dévoilé sur la Toile une vidéo tournée dans un élevage expérimental. Sur les images, les internautes ont pu découvrir des vaches qui sont équipées d'un hublot sur leur flanc, permettant un accès direct à leur estomac pour étudier leur digestion. Des images chocs à découvrir sur Non Stop Zapping.

Depuis plusieurs années, l'association L214 dénonce le traitement des animaux dans les élevages industriels. Et alors que les internautes ont découvert des images chocs d'un élevage de poules dans la Manche, cette fois, L214 a voulu dénoncer l'enfer des vaches à hublots. Dans une vidéo impressionnante filmée dans l'élevage expérimental de Sourches et que l'animateur Nagui commente, les spectateurs peuvent voir des vaches dont l'estomac a été perforé et équipé d'une ouverture afin d'étudier leur digestion. Des opérateurs en blouse introduisent leur bras ou des outils à l'intérieur de l'animal grâce à ce "hublot" : "En période d’expérimentation, on peut ouvrir et refermer leur hublot 6 fois en l’espace de 48 heures pour y faire des prélèvements. Sans compter la pose même du hublot, une opération invasive qui génère des douleurs postopératoires et nécessite une prise de médicaments durant plusieurs jours - des antibiotiques durant deux semaines selon un opérateur du centre", a écrit L214 dans son rapport.

Une "unique solution" pour étudier la digestion des protéines végétales

Face aux images, le groupe agro-industriel Avril qui détient cet élevage a  tenu à justifier cette pratique en insistant sur le fait que cette pratique "représente à l’heure actuelle l’unique solution permettant d’étudier la digestion des protéines végétales. Cette analyse est essentielle à de nombreux progrès en élevage et permet notamment d’améliorer la santé digestive de millions d’animaux, de réduire l’usage d’antibiotiques en élevage et de réduire les émissions de nitrates et de méthane liées à l’élevage". Le groupe a également confirmé qu'il travaillait sur des alternatives avec comme objectif de "remplacer d’ici à 2025 l’essentiel des tests sur animaux par des méthodes alternatives".

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people