Divers

Fusillade à Strasbourg : Les images chocs de la panique dans les rues de la ville (vidéo)

Fusillade à Strasbourg : Les images chocs de la panique dans les rues de la ville (vidéo)

Les images témoignent de la violence de l'attaque, et de la panique qui a envahi les rues de Strasbourg, mardi 11 décembre, peu après les premiers coups de feu. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

L'horreur a encore frappé l'Hexagone. Mardi 11 décembre, peu avant 20h, un homme a ouvert le feu en plain marché de Noël de Strasbourg. Le bilan s'élève déjà à trois morts et 11 blessés dont 5 dans un état grave, selon les premières informations. Sur les images ci-dessus, diffusées sur Twitter, une jeune femme filme la panique qui s'est emparée des rues de la ville. Certains courent et crient, tandis que d'autres s'agitent autour d'une personne à terre. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont partagé des scènes d'horreur. Les forces de l'ordre ont été très vite mobilisées tandis que le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'est rendu sur place.

Des scènes chocs

De ce que l'on sait en ce mercredi 12 décembre au matin, le suspect serait un homme de 29 ans, fiché S. Lors de l'intervention des soldats de l'opération sentinelle, il n'a pas hésité à ouvrir le feu, comme en témoignent de nombreuses vidéos chocs qui tournent sur Twitter. L'homme est ensuite parvenu à prendre la fuite. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "assassinat, tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste". Toute la France est en alerte tandis que le niveau du plan Vigipirate a été élevé à "urgence attentat". 350 personnes ont été mobilisées dont 100 membres de la police judiciaire ainsi que des militaires, plus deux hélicoptères fournis pour retrouver la trace du suspect. Ce mercredi 12 décembre, Laurent Nunez, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, a affirmé au micro de France Inter que "la motivation terroriste de l'acte n'est pas encore établie." En attendant, de nombreux habitants de Strasbourg sont restés confinés chez eux, sur ordre des autorités de la ville.

 

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people