Divers

Fusillade à Munich : le tueur serait un forcené sans lien avec Daesh selon la police (Vidéo)

   / 5  
Une fusillade a éclaté à Munich ce vendredi
1
Une fusillade a éclaté à Munich ce vendredi
La police mène son enquête
2
La police mène son enquête
Selon le chef de la police, le tueur serait un forcené
3
Selon le chef de la police, le tueur serait un forcené
Mais il ne serait pas lié à Daesh
4
Mais il ne serait pas lié à Daesh
Le chef de la police s'est exprimé lors d'une conférence de presse
5
Le chef de la police s'est exprimé lors d'une conférence de presse

Après l'attaque survenue ce vendredi à Munich, la police mène son enquête. Selon les autorités allemandes, il s'agirait d'un forcené. Ce dernier ne serait pas lié à l'Etat Islamique. Nous vous proposons de découvrir cette séquence sur Non Stop Zapping.

Ce vendredi, un Germano-Iranien de 18 ans, né à Munich et qui fréquentait une école de la ville, a ouvert le feu sur des passants à proximité et dans un centre commercial, tuant neuf personnes, pour l'essentiel de jeunes personnes, et en blessant 16 autres. Alors que la ville de Munich est plongée dans la terreur, la police tente de lever le voile sur cette affaire. Lors d’une perquisition dans la chambre du tueur, des articles sur les forcenés ont été retrouvés.

Ainsi, les autorités allemandes ont expliqué dans une conférence de presse que la fusillade était l’acte d’un forcené et n’avait rien à voir avec le djihadisme. "Nous partons du principe qu'il s'agit dans cette affaire d'un acte classique d'un forcené" qui a agit manifestement sans motivation politique"il n'y a pas d'autres raisons," a déclaré Hubertus Andrâe, le chef de la police de Munich avant de poursuivre "Nous avons trouvé des éléments montrant qu'il se préoccupait des questions liés aux forcenés" auteurs de tueries, notamment des livres et des articles de journaux." 

Aucun lien avec Daesh selon la police

Lors de son discours, le chef de la police a donc indiqué qu’à l'inverse de l'attaque dans le train, il n'y avait absolument "aucun lien avec l'Etat islamique". Selon lui, il s’agit d’un forcené qui avait des problèmes psychologiques. Il souffrait "d'une forme de dépression", a annoncé le procureur de Munich Thomas Steinkraus-Koch "Il s'agit ici d'une maladie." Selon la police, il a probablement tendu un piège à un certain nombre des victimes en "piratant" un compte Facebook, afin de les attirer sur les lieux de la tuerie, un établissement de restauration rapide McDonald.

 
Réagissez à l'actu people