Divers

Festival "interdit aux blancs" : Le président de SOS Racisme monte au créneau (vidéo)

Festival "interdit aux blancs" : Le président de SOS Racisme monte au créneau (vidéo)

Lundi 29 mai, dans l’émission "La Nouvelle Edition" sur "C8", Dominique Sopo, président de SOS Racisme s’est exprimé sur la polémique du "Nyansapo Festival" accusé d’être interdit aux "Blancs". Non Stop Zapping vous en dit davantage.

C’est le 26 mai que la polémique a commencé. Wallerand de Saint-Just, le trésorier du Front national parle du sujet sur Twitter. Il accuse le collectif "Mwasi" d’organiser "Nyansapo Fest", un festival présenté comme "afroféministe" à Paris du 28 au 30 juillet. Jusque-là rien d’anormal. Mais l’homme relève alors que l’association prévoit à cet effet des espaces dits "non-mixtes". Wallerand de Saint-Just a alors déduit : "c’est-à-dire interdits aux ‘Blancs’". En fait, selon "Libération", le festival proposera quatre espaces : un réservé aux femmes noires, un autre aux personnes noires, aux femmes "racisées" et le dernier sera ouvert à tout le monde. Le vendredi 26 mai, Alain Jakubowicz, président de la Licra a estimé que "Rosa Parks doit se retourner dans sa tombe" dans un article publié sur le site de "LCI".

La polémique enfle

Dans la foulée, c’est Anne Hidalgo qui a réagi. L’évènement devant se tenir dans une salle parisienne du 11e arrondissement, la maire de Paris a tweeté dimanche 28 mai : "Je condamne avec fermeté l’organisation à Paris de cet évènement ‘interdit aux blancs’". Elle a ensuite annoncé vouloir saisir le préfet pour faire interdire le festival. La dernière réaction en date, c’est celle de Dominque Sopo, ce lundi dans une interview accordée à "La Nouvelle Edition". Pour le président de SOS Racisme, il s’agit surtout d’irresponsabilité : "Demain qu’est-ce qui empêcherait l’extrême droite de faire des espaces réservés aux blancs, comme ils le font de fait en le disant ou en ne le disant pas ? Il faut toujours se demander quel est l’objectif lorsqu’on milite" a-t-il estimé.

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people