Divers

Etats-Unis : une ancienne employée de fast-food revient pour lancer des sacs sur son patron (vidéo)

Etats-Unis : une ancienne employée de fast-food revient pour lancer des sacs sur son patron (vidéo)

Au Texas (Etats-Unis), une ancienne employée de la chaîne de fast-food Taco Bell a pété les plombs et est revenue dans son restaurant pour lancer des sacs de thé sur son ancien employeur. Une bagarre a suivi, et la police a violemment interpellé le fils de l'ancienne employée. Une séquence WTF à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping.

C'est une bien drôle de scène qui s'est déroulée dans un fast-food de la chaîne Taco Bell à Converse, dans l'Etat du Texas (Etats-Unis). Une ancienne employée du restaurant mexicain, nommée Margarita, est revenue après avoir été renvoyée pour s'attaquer à son ancien employeur. L'insultant de tous les noms (en espagnol), elle a commencé à lui lancer d'énormes sacs de thé, version industrielle, en mettant partout dans la salle avant de les jeter sur le manager lui-même. L'homme s'est alors beaucoup énervé et a cherché à s'attaquer au fils de Margarita, 17 ans, qui s'était joint à elle afin de filmer la scène. Le manager commence alors à enlever sa chemise et à insulter la mère et le fils, avant que les employés du restaurant n'appellent la police.

"Je ne suis pas assez payée pour ces conne***s"

Comme bien souvent aux Etats-Unis, notamment dans un Etat comme le Texas, les policiers n'y sont pas allés de main morte. Ils ont d'abord fermement menotté Margarita, laissant tranquille le manager du fast-food. Puis le fils de l'ancienne employée s'est visiblement interposé pour contester l'arrestation de sa mère... avant de se faire violemment plaquer au sol par quatre agents en même temps, qui ont là encore fermement maintenu le jeune homme de seulement 17 ans au sol. Une interpellation qui rappelle fortement une scène similaire du mois dernier entre un policier blanc et un jeune homme noir. Devant la violence de la scène, on peut même entendre une employée de Taco Bell dire qu'elle "n'est pas payée assez pour ces co****ies", lance-t-elle.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people