Divers

Enquête sur le policier qui avait jeté un portable lors d'un contrôle à Lille (vidéo)

Enquête sur le policier qui avait jeté un portable lors d'un contrôle à Lille (vidéo)

L'affaire avait fait beaucoup de bruit en septembre dernier : lors d'un contrôle d'identité à Lille, des policiers avaient jeté le téléphone portable d'un jeune sans aucune raison apparente. La scène avait été filmée par un voisin, et ressort aujourd'hui, en pleine affaire Théo : l'IGPN, la police des polices, s'est saisie du dossier et pourrait incriminer les agents. Non Stop Zapping vous en dit plus.

En plein coeur de l'affaire Théo, le jeune homme d'Aulnay-sous-Bois violé à la matraque par des policiers, une ancienne affaire reprend de l'importance sur les réseaux sociaux : une vidéo d'un contrôle de police à Lille. Lors de ce contrôle d'identité, filmé par un voisin, les forces de l'ordre ont jeté le téléphone portable d'un jeune par dessus une rambarde sans aucune raison apparente, avant de s'éloigner tranquillement. La jeune "victime" avait alors dû escalader la rambarde pour aller récupérer son portable. Les réseaux sociaux avaient crié au scandale et au manque de professionnalisme de la police. Etant donné les manifestations contre les violences policières de ces dernières semaines, le sujet est vite revenu sur la table.

"Aucun élément susceptible d'entraîner l'ouverture d'une enquête pénale"

D'autant que France 3 a dévoilé que l'IGPN, la police des polices, s'était emparée du dossier il y a quelques mois. Mais cet intérêt de l'IGPN ne devrait pas déboucher sur grand chose selon la direction de la sécurité publique : "Aucun élément susceptible d'entraîner l'ouverture d'une enquête pénale" n'a été transmis au Procureur de la République. Mais l'intérêt grandissant de la jeunesse pour les bavures policières des dernières semaines fait remonter cet acte à la surface, obligeant les autorités à réagir. Et le visionnage important (plus d'un million de fois) de cette vidéo sur les réseaux sociaux ne va pas arranger l'image de la police, dans le viseur des banlieues et même du gouvernement.

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people