Divers

Deux hommes s’évadent d’une prison en hélicoptère, les images spectaculaires (Vidéo)

 Deux hommes s’évadent d’une prison en hélicoptère, les images spectaculaires (Vidéo)

En mars 2013, la prison de Saint-Joseph au Québec (Canada) a été le théâtre d’une évasion spectaculaire. En effet, deux hommes ont pris la fuite en escaladant un mur à l’aide d’une corde pour se rendre sur le toit et rejoindre l’hélicoptère de leurs complices. La justice canadienne vient de diffuser les images. Une séquence que Non Stop Zapping vous propose de retrouver sur son site.

Tout le monde a déjà vu une évasion par hélicoptère dans des films. Mais les images que "Non Stop Zapping" vous propose sont bien réelles. En effet, la justice canadienne vient de diffuser la vidéo de l’évasion de Benjamin Hudon-Barbeau, un sympathisant des Hells Angels, et Dany Provençal le 17 mars 2013. Les faits se sont déroulés au sein de la prison de Saint-Jérôme, au Québec (Canada). Sur les images vous pouvez voir les deux hommes escalader le mur de l’enceinte à l’aide d’une corde. Le but ? Rejoindre l’hélicoptère de leurs complices qui se trouve sur le toit. Mais les deux prisonniers ont du mal à rejoindre l’appareil et reste bloqué. C’est alors que le pilote décide de décoller avec Benjamin Hudon-Barbeau et Dany Provençal agrippés à la corde et s’éloigne dans le ciel québécois. Malheureusement pour eux, ils seront rattrapés par les forces de l’ordre quelques heures plus tard.  

"Il y a juste dans les films qu'on peut abattre un hélicoptère avec une arme"

Le président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec, Mathieu Lavoie, a expliqué pourquoi les gardiens de la prison n’avaient pas pu intervenir lors de l’évasion. "On doit étudier les personnes dans l'hélicoptère. Ce sont des complices. Est-ce qu'ils sont armés ? On ne peut pas intervenir auprès des personnes incarcérées qui tentent de monter sur la corde. En plus, il y a d'autres personnes incarcérées dans la cour. Donc, on est dans l’incapacité de pouvoir intervenir dans cette cour-là, non plus". Puis, il ajouté : "Il y a juste dans les films qu'on peut abattre un hélicoptère avec une arme de poing. Alors le patrouilleur périphérique aussi ne pouvait pas intervenir". En janvier dernier, les deux accusés ont plaidé coupables. La décision sera rendue en mai prochain.

Réagissez à l'actu people