Divers

Deux commissariats parisiens vandalisés par des dizaines de jeunes gens cagoulés (vidéo)

Deux commissariats parisiens vandalisés par des dizaines de jeunes gens cagoulés (vidéo)

Au lendemain de la manifestation contre la loi Travail où un jeune lycéen a été violemment frappé par un policier, des dizaines de lycéens s'en sont pris aux commissariats du 10e et 19e arrondissements de Paris vendredi midi. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur Non Stop Zapping.

Jeudi, les manifestations contre la loi Travail se sont de nouveau multipliées dans les grandes villes de France, où plusieurs affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont été constatées. A Paris, une scène a particulièrement choqué. On y voit un jeune homme être interpellé par trois policiers devant le lycée Henri-Bergson, dans le 19e arrondissement de Paris. Alors qu'on lui demande à deux reprises de se lever, il est ensuite projeté au sol par un coup de poing asséné par un policier.

Des barrières et divers projectiles jetés sur les façades

"J'étais déjà au sol, il aurait juste pu me mettre les menottes, il m'a frappé. C'était très violent, je l'ai senti passer, a témoigné le jeune homme sur BFM TV, qui raconte aussi que des oeufs et de la farine ont été lancés contre les forces de l'ordre pendant la manifestation. "Un policier en a reçu un dans la tête, et ils ont commencé à nous courir après. Il y en a un qui m'a foncé dessus. Il m'a frappé à terre, puis m'a dit 'Lève-toi, lève-toi!' et ensuite il m'a mis un coup de poing." Jeudi, le préfet de police a saisi l'inspection générale de la police nationale alors que le parquet de Paris a ouvert une enquête judiciaire pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique.

Au lendemain de cette altercation, plusieurs dizaines de jeunes gens en colère ont réagi en jettant toutes sortes de projectiles sur le commissariat du 19e arrondissement. Pour la plupart cagoulés où vêtus de capuches d'après les images filmées par un reporter de RTFrance, ils ont ensuite jeté des barrières et autre projectiles sur la façade du bâtiment avant d'inscrire sur les murs des messages hostiles à la police. Ils se sont finalement dispersés après l'apparition de dizaines de policiers porteurs de casques, boucliers et bombes lacrymogènes à la main. Le commissariat du 10e arrondissement a aussi été la cible de jets de projectiles.

Réagissez à l'actu people