Divers

Des étudiants juifs agressés par des vigiles du Rassemblement national (vidéo)

Des étudiants juifs agressés par des vigiles du Rassemblement national (vidéo)

Mercredi 1er mai, des étudiants juifs ont tenté de distribuer des tracts devant une salle de Metz où Marine Le Pen donnait un "banquet patriotique". Ils ont été violemment expulsés par le service d'ordre du Rassemblement national. Une séquence qui fait scandale à retrouver en vidéo sur Non Stop Zapping.

Le service d'ordre du Rassemblement national (et du Front national avant lui) est au coeur de nombreuses polémiques depuis bien des années. Le parti d'extrême droite a tendance à recruter des extrêmistes pour assurer la sécurité des grands pontes du parti lors des discours et des meetings, et les accrochages sont nombreux. Quand ce ne sont pas les journalistes qui sont visés, ce sont les étrangers, les personnes de couleur ou d'autre religions. Hier, Marine Le Pen organisait un "banquet patriotique" à Metz à l'occasion du 1er mai, fête importante pour l'extrême droite qui célèbre la mort de Jeanne d'Arc (tradition initiée par Jean-Marie Le Pen). Sauf qu'à l'extérieur de la salle, la situation a dégénéré.

Affrontement violent devant la salle

Des étudiants de l'UEJF (Union des étudiants juifs de France) se sont présentés devant la salle pour distribuer des tracts aux militants du Rassemblement national qui se rendaient à la salle. Une démarche qui n'a pas du tout plu au service d'ordre du parti, qui a voulu les expulser de la zone. La situation a vite dégénéré, tombant dans une violence qui n'est que trop habituelle pour ces vigiles d'un nouveau genre. On peut notamment voir un vigile plaquer violemment au sol l'un des étudiants. L'UEJF a annoncé déposer plainte contre le Rassemblement national, alors que la séquence fait scandale sur les réseaux sociaux : "Nous déposons plainte contre le service d'ordre du RN pour coups et blessures en réunion avec usage d'armes". De son côté, le RN... a également déposé plainte contre les étudiants qui "se sont montrés violents, blessant sérieusement un membre [du] service de sécurité qui s'est vu donné 30 jours d'ITT".

Par Timothée Le Puil

Réagissez à l'actu people