Divers

CSA, France 2, DSK, Quand Françoise Laborde dérapait !

CSA, France 2, DSK, Quand Françoise Laborde dérapait !
(c) Maxppp

Françoise Laborde est écrivaine, journaliste et présentatrice de télévision française. Membre du CSA, elle a quelques fois été au cœur de polémiques et dérapages rendus publics. Au moment où la sœur de Catherine Laborde se lâche sur les dérapages de "Touche pas à mon Poste" et Cyril Hanouna, retour sur ses propres couacs.

C’est sur France 2 que le grand public a connu Françoise Laborde à la présentation des journaux du week-end, de 1999 à 2009. Par la suite, elle est nommée membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel en janvier 2009 par Nicolas Sarkozy, alors président de la République. Elle y siégera jusqu’en 2015 avant d’être nommée au Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais lorsqu’elle était membre du CSA, Françoise Laborde a été au cœur de plusieurs polémiques. C’était en 2011 : Le Figaro révélait des informations quelque peu compromettantes quant aux agissements de l’ancienne présentatrice de "France 2". Alors membre du CSA, elle avait quitté une réunion importante du conseil, prétextant une quinte de toux. Ce que l’on apprendra par la suite, c’est qu’elle était en fait partie donner une interview téléphonique à Jean-Marc Morandini, alors sur "Europe1". Françoise Laborde était alors en pleine promotion de son livre contre le machisme intitulé "Ne vous taisez plus !" Un livre pour lequel les Éditions Fayard avaient été condamnées en 2013. En cause : cinq passages plagiés d’un article d’une journaliste new-yorkaise publié sur Slate.fr.

Françoise Laborde, mauvaise élève ?

Mais ce n’est pas tout. En novembre 2011, Françoise Laborde était invitée sur "BFM TV". Interrogée sur l’affaire DSK qui avait éclaté quelques mois auparavant, elle avait alors déclaré : "Un viol est une agression sexuelle qui a réussi". Le problème étant que les membres du CSA sont soumis à un droit de réserve et ne peuvent s’exprimer en direct sur des sujets d’actualité qui créent la polémique. La même année, en juillet, Françoise Laborde est tombée d’un prunier, l’incident s’est donc soldé par un arrêt maladie. Cette fois-ci, ce sont les journalistes de "LePoint.fr" qui ont relaté les faits. En effet, dans cette même période, Françoise Laborde a multiplié les apparitions publiques et mondaines alors qu’elle était censée se reposer chez elle. Une situation qui avait vivement agacé Michel Boyon, alors président du CSA, qui l’avait sommée d’assister aux séances de travail de l’assemblée. Il faut croire que Françoise Laborde fut un temps adepte de l’école buissonnière. Mai un brin rebelle également : en 2009, Emmanuel Beretta, journaliste du "Point" dévoilait alors que Françoise Laborde et un autre membre du CSA bénéficiaient d’un détachement indu qui leur permettait de regagner leur entreprise d’origine le jour où ils ne seraient plus membres du conseil. Ce qui est totalement illégal, puisque les membres du CSA traitent de problèmes de la télévision française, et de ce fait, ne doivent être rattachés à aucun groupe ou chaîne télévisuelle.

Par Nataly Salmeron

Réagissez à l'actu people