Divers

Corse : Le FLNC du 22 octobre menace Daesh et met en garde l'Etat Français (Vidéo)

   / 5  
Le FLNC du 22 octobre a passé un message à Daesh
1
Le FLNC du 22 octobre a passé un message à Daesh
Les radicaux corses ont fait parvenir un texte à Corse-Matin
2
Les radicaux corses ont fait parvenir un texte à Corse-Matin
Le FLNC est prêt à répliquer en cas d'attaques en Corse
3
Le FLNC est prêt à répliquer en cas d'attaques en Corse
Le groupe a également mis en garde l'Etat Français
4
Le groupe a également mis en garde l'Etat Français
Les radicaux corses n'hésiteront pas à prendre les armes contre Daesh
5
Les radicaux corses n'hésiteront pas à prendre les armes contre Daesh

Alors que Daesh multiplie les attaques, le FLNC a menacé le groupe terroriste dans un communiqué diffusé ce jeudi par Corse Matin. Les nationalistes promettent une réponse immédiate en cas d’attaque terroriste en Corse. Non Stop Zapping vous en dit plus.

Alors que la France est encore sous le choc après l’attaque de Nice et le drame de Saint-Etienne-du-Rouvray, le FLNC du 22 octobre, mouvement clandestin nationaliste corse, a menacé le groupe terroriste Daesh dans un texte transmis au quotidien Corse Matin. Le FLNC a averti les islamistes radicaux de Corse que toute attaque de leur part sur le sol corse déclencherait une "réponse déterminée sans aucun état d’âme La volonté des salafistes est clairement de mettre en place chez nous la politique de Daesh et nous nous y sommes préparés. Votre philosophie moyenâgeuse ne nous effraie pas. L'amalgame n'existe que dans l'esprit des faibles et le peuple corse est fort (...) de choix politiques difficiles qui ne nous ont jamais fait basculer comme vous dans la barbarie".

Le FLNC cible également l’Etat Français

Le FLNC a également passé un message à l’Etat français qui aurait "si un drame devait se produire chez nous (...), une part importante de responsabilité car il connaît les salafistes en Corse". Les nationalistes assurent également "avoir permis au mois de juin de déjouer un attentat sur notre territoire dans un lieu fréquenté par le public". Les militants du 22 octobre dénoncent aussi la responsabilité de la France dans la situation au Moyen-Orient : "Il faudra que la France cesse sa propension à intervenir militairement et vouloir donner des leçons de démocratie à la terre entière si elle veut éviter que les conflits qu'elle sème à travers le monde ne reviennent comme un boomerang sur son sol".

Par Alexia Felix

Réagissez à l'actu people