Divers

Attentats de Paris – Bataclan : Les militaires n’ont pas reçu l’ordre d’intervenir durant l’attaque, les révélations troublantes (Vidéo)

Attentats de Paris – Bataclan : Les militaires n’ont pas reçu l’ordre d’intervenir durant l’attaque, les révélations troublantes (Vidéo)

Auditionné mercredi soir par la commission d’enquête de lutte contre le terrorisme, Jean-Luc Taltavull, le secrétaire général adjoint du syndicat des commissaires de la police nationale, a confié que les militaires postés à proximité du Bataclan dans le cadre de l’opération Sentinelle n’ont pas reçu l’ordre d’intervenir durant l’attaque des terroristes. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

En février, plus de quatre mois après les terribles attentats de Paris, Caroline Anglade, rescapée du Bataclan, a raconté devant la comission d’enquête parlementaire son expérience traumatisante alors qu’elle était enfermée dans une loge avec 40 personnes en attendant l’intervention de la police. Elle n’a pas hésité à critiquer le manque de communication entre les forces de l’ordre et les survivants. "Le seul moment où j’ai eu peur de mourir, c’est quand la BRI a tenté de rentrer dans la loge c’est quand même extraordinaire (…) Ce qui a permis de savoir que c’était réellement la BRI en fait c’est une action totalement inconsidérée mais qui nous a permis de sortir de la part d’une personne qui au bout de 15 minutes à discuter (…) a enjambé les gens jusqu’à la fenêtre, il a ouvert la fenêtre en hurlant ‘maintenant ça suffit, vous en êtes où ? Est-ce que c’est vous qui êtes derrière la porte ?’.Ça a été continuellement à nous d’aller chercher l’info donc c’est pour ça qu’en tant que victimes rescapées, on n’a plus envie en fait. On est épuisés d’aller chercher l’information".

"Non, je n’ai pas d’ordres pour bouger"

Et mercredi, auditionné par la commission d’enquête de lutte contre le terrorisme, Jean-Luc Taltavull, le secrétaire général adjoint du syndicat des commissaires de la police nationale, a fait une révélation assez troublante. Les militaires engagés dans la mission Sentinelle (mise en place depuis les attentats de Charlie Hebdo, NDLR) n’ont pas reçu l’ordre d’intervenir durant l’attaque des terroristes au Bataclan. "Il y avait des gens de Sentinelle à proximité du Bataclan. Un gradé de la BAC (Brigade Anti-Criminalité) se trouve près d’une porte de secours et dit aux militaires : 'Allez ! On y va !' (…) Le détachement Sentinelle a dit : 'Non, je n’ai pas d’ordres pour bouger.' Alors (le policier) lui dit : 'Alors passe-moi ton Famas !", a-t-il expliqué. Bien évidemment, le militaire ne lui passera pas son arme…

Réagissez à l'actu people