Divers

Attentat Manchester : Certains jeunes figurant sur les avis de recherche n’étaient pas présents au concert (vidéo)

Attentat Manchester : Certains jeunes figurant sur les avis de recherche n’étaient pas présents au concert (vidéo)

Mardi 23 mai, le "19.45" de "M6" revenait sur l’attentat de Manchester et dévoilait les "fake news" qui circulent déjà sur la toile. Parmi elles, la prétendue présence de certains jeunes au concert d’Ariana Grande. Séquence et explications sur Non Stop Zapping.

Le scénario rappelle tristement celui des attaques meurtrières de Paris, en novembre 2015. Comme pour les attentats dans la capitale française, cette fois ce sont encore des jeunes dont la vie a été happée à Manchester, à la suite du concert d’Ariana Grande. Depuis l’attaque, le lundi 22 mai, c’est le branle-bas de combat sur les réseaux sociaux : des parents dévastés sont encore dans l’incertitude et recherchent activement leur enfant. Face à cela, et comme pour les attentats de Paris, une chaîne de solidarité s’est mise en place sur la toile. Mais attention aux "fake news"…

Rumeurs et fake news

Les avis de recherche ne sont pas tous fiables. Internet reste l’endroit où tout un chacun peut relayer de fausses informations, volontairement ou pas. Parfois, ce sont des rumeurs qui enflent sur la toile. Comme lors des attentats de Nice en juillet dernier, où médias et forces de l’ordre avaient dû démentir une supposée prise d’otage. Cette fois à Manchester, ce sont les disparitions qui sont au cœur des "fake news". Comme l’a expliqué la chaîne "M6", mardi 23 mai, dans son journal le "19.45". Les journalistes de la rédaction ont tenu à alarmer le public sur la circulation de fausses informations. Sur les avis de recherches trouvés sur le net, certains adolescents n’étaient en réalité pas présents au concert d’Ariana Grande. Avec l’avènement des réseaux sociaux, de plus en plus de cas comme celui-ci sont à déplorer. Une malheureuse situation qui vient ajouter un peu plus d’horreur et d'indécence à ces attentats sanglants.

Par Sarah Errimi

Réagissez à l'actu people