Divers

Attentat de Nice : Une policière qui a ouvert le feu sur le terroriste témoigne (vidéo)

Attentat de Nice : Une policière qui a ouvert le feu sur le terroriste témoigne (vidéo)

Le magazine Complément d’Enquête diffuse ce jeudi soir sur France 2 un documentaire consacré à l’attentat du 14 juillet à Nice. Sur son site Internet, la chaîne a déjà publié un extrait sur lequel Magalie, l’une des policières ayant fait feu sur le terroriste, témoigne pour la première fois sur cette soirée d’horreur. Une séquence que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Le 14 juillet 2016, huit mois après les attentats de Paris, la France replongeait dans l’horreur des attentats terroristes. Alors qu’une foule massive s’était massée sur la célèbre promenade des Anglais à Nice, un camion-bélier lancé à toute provoquait la mort de 86 personnes et en blessait 458 supplémentaires. Six mois plus tard, le magazine Complément d’enquête revient ce jeudi sur cette soirée dramatique. A cette occasion les journalistes de France 2 ont rencontré les policiers qui sont intervenus sur la promenade des Anglais pour mettre fin à la course folle du camion. Agée de 36 ans, Magalie raconte, à visage caché : "Quand on arrive à la cabine, on avait l'arme à la main. Le conducteur, il prend une arme et il nous tire dessus. Moi, c'est la première fois de ma vie que je me prenais un canon à 2, 3 mètres de ma tête, et j'ai encore cette image" confie-t-elle.

"Faut y aller, même si on doit mourir"

 Parmi les images amateurs filmées ce soir du 14 juillet 2016, certaines montrent justement Magalie, son arme à la main, courant derrière le camion sur la promenade des Anglais : "En fait, je le vois comme si je regardais un film, et je n'ai pas l'impression que c'est réel. On réalise, en fait... que devant nous, il y a un attentat. Donc là, on court, et plus que tout, on veut que ça s'arrête" poursuit-elle, "J'avance à la cabine. C'est là que j'entends les deux, trois premiers coups de feu, et je me dis 'faut y aller', 'faut y aller, même... même si on doit mourir, mais il faut l'arrêter'. Donc moi, je m'avance à la cabine, et je tire à plusieurs reprises par la fenêtre passager. Après, je me recule, j'entends encore des coups de feu, des coups de feu, et je vois la tête de... de ce terroriste, qui était inerte sur le côté passager".

Par Benjamin S.

Réagissez à l'actu people