Divers

Attentat de Nice : Le témoignage choc du père du terroriste, "il cassait tout ce qu'il trouvait" (Vidéo)

   / 5  
Attentats de Nice : Le père du terroriste fait des révélations sur son fils
1
Attentats de Nice : Le père du terroriste fait des révélations sur son fils
Le père de Mohamed Lahouaiej-Bouhlem devant la presse
2
Le père de Mohamed Lahouaiej-Bouhlem devant la presse
Mohamed Lahouaiej-Bouhlem, le terroriste présumé
3
Mohamed Lahouaiej-Bouhlem, le terroriste présumé
Cet attentat a coûté la vie à 84 personnes dont 10 enfants
4
Cet attentat a coûté la vie à 84 personnes dont 10 enfants
La Promenade des Anglais le soir du drame
5
La Promenade des Anglais le soir du drame

Mohamed Lahouaiej-Bouhlem est le terroriste qui a semé la mort jeudi 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais à Nice en fonçant dans la foule avec un camion. Son père qui vit à Msaken dans la banlieue de Sousse en Tunisie, ville d’origine du tueur, s’est exprimé et a fait des révélations sur le comportement de son fils. Une vidéo que nous vous proposons de retrouver sur notre site Non Stop Zapping.

Depuis le jeudi 14 juillet 2016 et le terrible attentat sur la Promenade de Anglais à Nice, qui a coûté la vie à 84 personnes, tout le monde essaie de dresser le profil du terroriste présumé Mohamed Lahouaiej-Bouhlem. "Une personne lambda ( …) Le petit délinquant de base et qui avait un petit casier judiciaire pour des faits mineurs pour lesquels il n’a pas eu de lourdes condamnations", a évoqué son ancien avocat. "Il n’y avait quand je l’ai assisté, aucun élément, aucun propos de sa part, aucune attitude ou apparence physique qui permettait de dire c’est un terroriste en puissance ou un islamiste radical".

"Il avait des problèmes qui ont provoqué une dépression nerveuse"

Et alors que Bernard Cazeneuve a déclaré que le tueur se serait "radicalisé rapidement", son père, qui habite en Tunisie, s’est confié sur son fils. "Il avait des problèmes qui ont provoqué une dépression nerveuse. Il devenait colérique, il criait, il cassait tout ce qu'il trouvait devant lui. Nous l’avons emmené chez le médecin qui lui a donné tous ses médicaments. A chaque fois qu’il faisait une crise, nous l’amenions chez le médecin. Et quand il est parti en France, nous avions plus rien su de lui. Ce que je sais, c’est qu’il ne faisait pas la prière, il n’allait pas à la mosquée, il n’avait pas de liens avec la religion, il ne faisait pas le ramadan".

Par Nicolas Cardinale

Réagissez à l'actu people