Divers

Attaque à la préfecture de police de Paris : le tueur "aurait adhéré à une vision radicale de l'islam" (vidéo)

Attaque à la préfecture de police de Paris : le tueur "aurait adhéré à une vision radicale de l'islam" (vidéo)

Lors d'une conférence de presse ce samedi 5 octobre, le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard a partagé les premiers éléments de l'enquête sur le tueur de la préfecture de police de Paris. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.

La tuerie à la préfecture de police de Paris a provoqué la mort de cinq personnes dont l'assaillant. Le jeudi 3 octobre, cet agent administratif de 45 ans qui avait dissimulé sur lui deux couteaux, a été abattu dans la cour de la préfecture par un policier stagiaire. Alors que la piste du conflit interne avait d'abord été évoquée, l'enquête ouverte pour "homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique" privilégie désormais une nouvelle piste. Ce samedi 5 octobre, le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard, a indiqué lors d'une conférence de presse que le périple meurtrier de 7 minutes de Mickaël Harpon était prémédité. 

Le tueur aurait été en contact avec des individus de la "mouvance islamiste salafiste"

Selon le procureur, le tueur se serait converti à l’islam "il y a une dizaine d’années" et aurait adhéré à une "vision radicale de l’islam". Il aurait été en contact avec des individus de la "mouvance islamiste salafiste", a indiqué Jean-François Ricard. Les premières investigations ont relevé son "approbation de certaines exactions commises au nom de l'islam", "son souhait de ne plus avoir certains contacts avec des femmes", "sa justification" des attentats de Charlie Hebdo en 2015, "son changement d'habitude vestimentaire depuis quelques mois", a déclaré le procureur antiterroriste. Peu avant son acte, le tueur avait envoyé plusieurs sms à caractère religieux à son épouse dont la garde à vue a été prolongée de 48 heures ce samedi après-midi.  

 

Par Marie Merlet

Réagissez à l'actu people