Cinéma

Vincent Lindon prêt à arrêter la promotion de ses films ? Il se confie (vidéo)

Vincent Lindon prêt à arrêter la promotion de ses films ? Il se confie (vidéo)

Invité par Laurent Delahousse dans "20h30 le dimanche" sur France 2 ce 17 mars, Vincent Lindon a expliqué qu'il comptait de moins en moins faire la promotion de ses films. Une séquence à retrouver sur Non Stop Zapping.

Invité sur plateau de "20h30 le dimanche", Vincent Lindon s'est confié sur son manque d'envie d'assurer systématiquement la promotion de ses films. "Je veux en faire de moins en moins", explique celui qui est à l'affiche de "Dernier amour", signé Benoît Jacquot. "Je pense que l'on fatigue les gens, on est là sans arrêt…", lâche Vincent Lindon avant de s'interroger sur ces acteurs surmédiatisés. "Je ne sais pas comment ils font pour marcher dans la rue, supporter autant d'affiches…", se questionne-t-il. Estimant avoir "toujours accompagné les films", Vincent Lindon pense que "le meilleur moyen de se faire voir est de ne pas se faire voir partout. C'est un peu comme les idées. Si on intervient sans cesse, cela ne veut pas forcément dire que l'on a un raisonnement". Décidé à réduire au maximum ses apparitions médiatiques promotionnelles, l'ex de Sandrine Kiberlain va "essayer de le faire encore moins".

"Ça ne sert pas à grand-chose"

"Je pense que c'est la rareté aujourd'hui, pour tous les artistes, mais pas que… Je pense qu'aujourd'hui les gens qui se mettent en retrait et qui parlent moins", déclare celui qui pense que réduire sa présence dans les médias a davantage de valeur. Convaincu que cela "ne sert pas à grand-chose", le comédien de 59 ans pointe du doigt "l'évidence" de ces cinéastes qui mettent en avant leur travail. "Je ne vois pas quelqu'un qui va arriver et qui va dire 'voilà je viens vous voir pour vous dire que ce que j'ai fait n'est pas bien, que la personne avec laquelle j'ai travaillé n'a pas de valeur…' ça serait ridicule ! Ça ne serait pas gentil ni productif", ajoute la figure emblématique de "La Loi du marché".

Par Nina Siahpoush

Réagissez à l'actu people