Cinéma

Festival Cannes 2017 : En pleine montée des marches, ils dénoncent les crimes homophobes en Tchétchénie (Vidéo)

Festival Cannes 2017 : En pleine montée des marches, ils dénoncent les crimes homophobes en Tchétchénie (Vidéo)

Le Festival de Cannes, de par sa grande médiatisation, est souvent l’occasion rêvée pour faire passer un message politique fort. C’est ce qu’on fait les militants de l’association Act Up, mise à l’honneur par le film ‘’120 battements par minute’’. À l’aide de pancartes, ils ont dénoncé la persécution des homosexuels en Tchétchénie. Non Stop Zapping vous montre les images.

Le 70e Festival de Cannes a ouvert ses portes le 17 mai dernier et jusqu’au 28, les plus grandes stars du cinéma international vont se succéder sur la montée des marches du Palais des Festivals. Si Cannes ne serait rien sans quelques accidents de décolletés, toujours nombreux sur le tapis rouge, il est aussi un formidable moyen d’attirer l’attention non seulement sur des réalisateurs ou acteurs peu connus, mais également d’alerter l’opinion publique sur des faits de société. Il n’est donc pas rare que l’équipe d’un film profite de sa montée des marches pour faire passer un message politique, à la vue de toutes les caméras et de tous les photographes. C’est ce qu’ont décidé de faire des militants de l’association Act Up qui lutte contre le Sida, mise à l’honneur par le film "120 battements par minute", de Robin Campillo.

"Silence = mort"

Munis de pancartes annonçant "silence = mort", "assez" ou encore "Tchétchénie", ils ont ainsi voulu protester avec force contre les crimes et les persécutions dont sont victimes les homosexuels en Tchétchénie en 2017. Au mois d’avril, plusieurs journaux et ONG ont dénoncé des actes de torture et de violence contre des homosexuels en Tchétchénie. L’existence de prisons secrètes, réservées aux personnes homosexuelles, a même été rapportée, prison dans lesquels seraient pratiqués de nombreux sévices corporels. Plus d’une centaine d’homosexuels auraient été arrêtés depuis le mois d’avril en Tchétchénie, pays pour qui l’homosexualité reste un tabou. En France, trois associations LGBT (Mousse, Stop homophobie et le Comité Idaho France) ont porté plainte pour "génocide" contre le président Ramzan Kadyrov. Sur internet, une pétition d’Amnesty International appelant à "faire la lumière sur les exactions contre les homosexuels" a déjà récolté près de 110 000 soutiens.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people