Cinéma

César 2017 : Quand François Ruffin appelle François Hollande "à se bouger le cul" (Vidéo)

César 2017 : Quand François Ruffin appelle François Hollande "à se bouger le cul" (Vidéo)

François Ruffin décroche le César du meilleur film documentaire sur la scène de la salle Pleyel à Paris ce vendredi 24 février. En lieu et place du traditionnel discours de remerciements, le réalisateur a livré un message fort à l’adresse de François Hollande. Non Stop Zapping vous montre les images.

La 42ème cérémonie des César se tient ce vendredi 24 février à Paris. Entre les remises des prix, la cérémonie est aussi l’occasion de lancer des messages politiques forts, en profitant de la lumière apportée à l’émission. Souvent, les intermittents du spectacle s’invitent aux César pour rappeler que le cinéma, sans eux, n’existe pas. En cette année électorale, aussi bien  l’étranger qu’en France, c’est la politique elle-même qui s’est invitée sur la scène de la salle Pleyel de Paris. Le réalisateur François Ruffin, récompensé du César du film documentaire pour "Merci Patron", n’a pas résisté à cette tribune pour faire passer un message poignant.

François Ruffin s’attaque à Vincent Bolloré et François Hollande

Dans son documentaire, dans lequel il vient en aide à des salariés licenciés pour cause de délocalisation en Pologne, François Ruffin s’attaquait au PDG et milliardaire Bernard Arnault. Sur la scène de la salle Pleyel, cette fois, le réalisateur arbore un t-shirt à l’effigie de Vincent Bolloré, nouveau propriétaire de Canal + qui diffuse la cérémonie des César. François Ruffin n’a pas cédé aux discours de remerciement habituels : les pieds bien ancrés dans le sol, il a lâché toute sa colère contre "le paquet de détresse et de misère" laissé après les délocalisations et les licenciements massifs. "Ça dure comme ça depuis trente ans parce que ce sont des ouvriers qui sont touchés et qu’on n’en a rien à foutre", rage le réalisateur qui n’a pas hésité à pointer directement la responsabilité du gouvernement. "Dans ce pays, il y a peut-être des sans-dents, mais surtout y’a des gens sans cran. François Hollande, par exemple, il a l’occasion de montrer sur le dernier fil que son adversaire c’est la finance (...) qu’il peut sortir de l’impuissance et se bouger le cul", a conclu François Ruffin.

Par Alicia Dubreuil

Réagissez à l'actu people